À la une, Actualités - décembre 14, 2018 8:30

UNSS-OISSU : Nathalie Grand « Profiter pleinement de cette expérience »

Publié par

 

Dans le cadre de la convention du partenariat qui lie l’office Ivoirien des sports scolaires et universitaires (OISSU) à l’union nationale du sport scolaire (UNSS), il est prévu un échange de cadres et de jeunes pour le partage d’expérience.

 

Une délégation française Unss, composée de Madame la directrice nationale, Nathalie COSTANTINI, d’une directrice adjointe et cheffe de délégation, Madame Nathalie GRAND, d’un professeur d’EPS accompagnateur, monsieur Benjamin GREMION, et de sept jeunes officiels, se sont rendu en Côte d’Ivoire du 9 au 15 décembre pour participer au cross de lancement de la saison 2018-2019 et aux 4e jeux scolaires et universitaires que se déroulaient à Yamoussoukro.

 

1°)Madame Grand, comment avez-vous appréhendé votre déplacement en tant que cheffe de délégation aux Jeux de l’OISSU ?

Avec beaucoup de fierté et de joie. C’est toujours enrichissant de vivre ces expériences avec des jeunes licenciés de l’UNSS. C’est aussi montrer que le sport scolaire se partage au-delà de nos frontières.

 

2°) Qu’attendez-vous de ce déplacement en Coté d’ivoire avec ces jeunes officiels Unss d’un point de vue sportif et culturel ?

Que ces jeunes profitent pleinement de cette expérience et s’imprègnent d’une culture bien différente : l’accueil des Ivoiriens est toujours exceptionnel et vous verrez que la ferveur des supporters dans les tribunes va impressionner …c’est de la pure magie !

Le partage d’une même passion et le mélange des cultures permettront aux jeunes, je l’espère, d’élever leur réflexion au monde.

3°) Quelles sont les ambitions de ces jeunes officiels qui sont en Coté d’ivoire du 9 au 15 décembre prochain?

Les ambitions des jeunes, c’est à eux de l’exprimer. Dans tous les cas, leurs présences et leurs compétences démontreront le savoir-faire des enseignants d’EPS qui oeuvrent toute l’année pour former les jeunes de l’AS, et ce, dans tous les domaines. Toutes ces formations dispensées permettent de donner l’envie à la jeunesse française de s’impliquer dans la vie associative de leur établissement et au-delà de celui-ci. Ainsi, nous préparons ensemble la génération 2024 en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

 

4°) On a su aussi que vous avez créé un groupe WhatsApp et que vous échangez beaucoup, vous pouvez nous parler un peu de cela ?

C’est un outil de communication très puissant, qui permet de donner une information au même moment à tout un groupe. L’envoi des photos est également plus aisé. Pour les jeunes, cela permet de communiquer aussi facilement vers sa famille via le réseau wifi.

 

5°) Ces jeux de l’OISSU sont un moment de partage et de convivialité. Pensez-vous que cela peut avoir une influence sur l’apprentissage de ces jeunes officiels ?

Juste un rappel de sémantique, les jeunes officiels représentent un ensemble de rôle : jeune arbitre ou jeune juge, jeune coach, jeune reporter, jeune secouriste, jeune organisateur et jeune dirigeant /vice-président. Je pense que ces jeux scolaires et universitaires ivoiriens vont leur permettre d’acquérir de l’expérience, ne serait-ce que par l’environnement où ils vont arbitrer et par une certaine gestion de leurs émotions. Indéniablement, ce sera une plus-value dans leur formation et leur apprentissage. C’est aussi échanger avec la jeunesse ivoirienne pour susciter de l’intérêt à s’impliquer dans l’arbitrage et favoriser des formations sur leur territoire.

Quant au jeune reporter, c’est acquérir de l’expérience dans un cadre autre que celui de son académie afin de se mettre dans une position de « communiquant » dans un contexte international, c’est aussi s’adapter à toute nouvelle situation, non prévue.

 

6°) En tant que cheffe de délégation, quel rôle jouez-vous sur et en dehors des jeux?

D’une manière générale, les missions d’un chef de délégation est de s’assurer du bon déroulement de la mission, de représenter la direction nationale de l’Unss et de faire le lien avec les autorités qui nous accueillent.

Pour ma part ma présence dans cette délégation est triple :

– en tant que directrice nationale adjointe en charge des relations internationales avec l’Afrique et du dossier de développement « les jeunes officiels, vers une génération responsable »

– pour animer une formation auprès des cadres ivoiriens concernant le dossier jeunes officiels dont l’objectif est de démontrer l’intérêt de créer une commission nationale jeunes officiels, d’expliquer comment ce dossier s’est mis en place et accompagner la Côte d’ivoire à lancer officiellement ce projet sur son territoire en lien avec mes homologues de l’OISSU.

– organiser toute la mission en lien avec mes homologues ivoiriens tout en représentant la direction nationale. Mais madame Nathalie Costantini, directrice nationale, nous faisant l’honneur de sa présence pendant une période de séjour, c’est à elle que lui revient ce rôle.

 

SOULTOINI Said, jeune reporter Unss