À la une, Actualités - novembre 29, 2019 3:57

Tous derrière les Bleues !

Publié par

Championne du monde et d’Europe en titre, l’équipe de France féminine de handball va défendre son titre mondial à partir de ce samedi 30 novembre au Japon jusqu’au 15 décembre prochain. Une nouvelle grande aventure sportive pour une équipe qui est loin d’être rassasiée de titres. 

 

Deux fois en or chez les filles (2003, 2017), six fois chez les garçons (1995, 2001, 2009, 2011, 2015, 2017), la France plane sur la planète handball de façon récurrente et régulière. La force de l’habitude diront certains, la confirmation surtout d’un travail de fond pour une fédération française qui n’a de cesse de se renouveler pour permettre aux équipes nationales de rester au sommet. Au moment d’aborder une nouvelle échéance mondiale au Japon, l’équipe de France féminine ne vient pas seulement défendre sa couronne mais surtout tenter d’en décrocher une nouvelle. « Il y a forcément de l’excitation au moment d’aborder un tel rendez-vous. Même si on l’aborde l’esprit libéré avec le ticket pour les Jeux de Tokyo déjà en poche. On sait que nous serons l’équipe à battre mais nous avons un standing à défendre, un maillot à honorer et cela suffira clairement à nous transcender », avance Allison Pineau, l’une des cadres de l’équipe.

Arrivées le 19 novembre au Japon, les Bleues sont attendues au tournant avec notamment la Norvège et la Russie comme rivales annoncées. Pour Olivier Krumbholz, le sélectionneur des Bleues, les voyants sont au vert mais méfiance : «on n’a pas la prétention de tout gagner. L’objectif est évidemment de faire le mieux possible avec au minimum une demi-finale afin de jouer une finale. Nous possédons une vraie richesse d’effectif et cela peut clairement faire la différence face à l’accumulation des matches ». Pas « d’enflammade » mais une légitime sensation de maîtriser son sujet. Finalement, ce sont les sélections étrangères qui arrivent méfiantes en terre nippone. Christian Berge, le sélectionneur norvégien se veut élogieux envers les Bleues : «On connaît le talent de cette équipe, cela ne surprendra personne. Ça va vite et c’est aussi physique et athlétique. Pour répondre à l’équipe de France, il ne faut pas que du talent mais aussi une abnégation de tous les instants »

 

Une peur bleue se serait-elle installée dans les rangs adverses ? C’est un peu le climat ressenti avant le début des hostilités ce samedi où les Françaises défieront les insaisissables sud-coréennes pour leur entrée en lice. Pour les vrais amoureux de sport, il faudra être matinal pour suivre leurs exploits. Une médiatisation encore discrète que l’on ne peut que regretter comme le souligne Allison Pineau : «Malgré notre palmarès, meilleur que celui des footballeuses, elles sont déjà médiatisées depuis un moment. Aujourd’hui, c’est le foot partout. Donc, c’est à nous, le handball, de comprendre aussi que ce marché est un business. » La meilleure réponse viendra du terrain pour le plus plaisir des vrais fans de sport. 

 

La liste des 16 Françaises

 

Gardiennes : Catherine Gabriel (Nantes), Amandine Leynaud (cap.) (Györ, HON)
Ailières : Chloé Bouquet (Besançon), Manon Houette (Metz), Pauline Coatanea (Brest), Laura Flippes (Metz)
Arrières : Orlane Kanor (Metz), Estelle Nze-Minko (Györ, HON), Camille Ayglon-Saurina (Nantes), Alexandra Lacrabère (Fleury-Loiret), Océane Sercien-Ugolin (Paris 92)
Demi-centres : Méline Nocandy (Metz), Allison Pineau (Paris 92), Grace Zaadi (Metz)
Pivots : Béatrice Edwige (Györ, HON), Astride N’Gouan (Metz)

 

Le programme des Bleues au premier tour : 

30 novembre à 10h (heure française) : France – Corée du Sud

1er décembre à 7h (heure française) : France – Brésil

3 décembre à 11h : France – Australie

4 décembre à 11h : France – Allemagne

6 décembre à 12h30 : France – Danemark

 

LIENS : 

Fédération française de hand

Site du championnat du monde 2019