Ambassadeurs UNSS - août 12, 2016 2:52

Tcheuméo, l’argent ne fait pas le bonheur

Publié par

Audrey Tcheumeo of France against Kayla Harrison of USA during the final on -78Kg during Judo on Olympic Games 2016 in Rio at Carioca Arena 2 on August 11, 2016 in Rio de Janeiro, Brazil. (Photo by Nolwenn Le Gouic/Icon Sport)

Il faudra un peu de temps, quelques jours pour savourer enfin le bonheur d’avoir glané une médaille d’argent olympique. Après le bronze à Londres, Audrey Tcheuméo (-78kg) avait clairement évoqué l’or à Rio pour venir garnir sa vitrine à trophée. L’espace d’une journée stressante où la Française ne fut jamais réellement sereine et impériale, l’argent est venu récompenser quatre années de dur labeur, de souffrance. Pour notre ambassadrice, le résultat ne peut réellement la satisfaire, consciente qu’un statut de championne olympique vaut bien plus que celui de vice-championne. Pourtant, la logique sportive en a voulu autrement.

Contrariée par des petits soucis au dos lors sa préparation, Audrey savait la tâche ardue face à l’Américaine Harrison, championne olympique sortante. Les confrontations entre les deux judokates tournaient à l’avantage de l’Américaine 5 à 4, confirmant l’impression d’une rivalité équilibrée. La finale se joua finalement sur des détails comme bien souvent. « J’ai manqué de gnac », résuma l’ancienne pensionnaire du club de Villemonble. C’est effectivement l’impression que donna les 4 minutes de combat. La championne sortante, beaucoup plus agressive, ne manquait pas de prendre des initiatives alors que la Française se contentait de contrôler les débats sans jamais avoir l’étincelle pour faire la différence. La clé de bras, synonyme de ippon, à 6 secondes de la fin du match ne changeait rien à un résultat déjà entériné depuis plusieurs secondes.

Pour Audrey Tcheuméo, le rêve olympique ne s’éloigne pourtant pas. Après le bronze de Londres, l’argent de Rio, la native de Bondy donnait déjà rendez-vous à Tokyo où elle tentera de prendre sa revanche sur une Kayla Harrison qui n’aura alors que 30 ans. L’espace d’une journée, « Tchoum » aura porté haut les couleurs françaises. Une vraie fierté pour l’UNSS qui partage très souvent de vrais moments de partage et d’échanges avec cette championne d’exception.

Liens :

Audrey Tcheuméo twitter

Suivre les Jeux de Rio