À la une, Actualités - décembre 2, 2019 4:27

Serge Périchon : «Une véritable envie de vivre cette aventure »

Publié par

Présent à Zagreb avec la délégation française lors de l’obtention des Gymnasiades 2022, Serge Périchon nous raconte les coulisses de ce moment unique. 

 

Bonjour Serge, vous êtes professeur d’EPS. Pouvez-vous nous rappeler dans quel établissement ?

 

Je m’appelle Serge Périchon. Je suis effectivement professeur d’Éducation Physique et j’enseigne depuis près de trente au Collège Jules Verne de Déville-Les-Rouen, commune de l’agglomération rouennaise.

 

Vous étiez présent à Zagreb afin de représenter la candidature française pour les Gymnasiades 2022 en Normandie. Que représente cet évènement pour toute une région ?

 

La candidature normande aux Gymnasiades 2022 est un enjeu très important pour notre région, et ce à plusieurs titres :

 

C’est tout d’abord, et avant tout, sur le plan culturel une occasion unique d’échange pour la jeunesse de notre région à un niveau international, une formidable ouverture sur le monde et en cela un catalyseur d’ambition et de réussite.

 

L’aspect économique est également à prendre en compte. Plus de 5000 participants, autour de 1500 bénévoles et près de 500 membres de l’organisation technique, des chiffres qui révèlent à quel niveau se situe l’enjeu.

 

On sent un véritable enthousiasme autour de cet évènement deux ans avant les Jeux Olympiques de Paris. Comment est vécue de l’intérieur cette aventure ?

 

À chaque étape de la candidature, le projet s’est construit et développé en intégrant de nouvelles forces vives, et de nouvelles énergies très positives et communicatives.

 

Très sincèrement, la sensation ressentie tout au long de la candidature a été, comme vous l’avez très bien dit, l’enthousiasme. 

 

Le slogan  “Tous ensemble pour les Gymnasiades 2022 en France, en Normandie” étant le meilleur témoin de cet enthousiasme.

 

Comment se matérialise sur le terrain cette volonté d’avoir les gymnasiades 2022 ?

 

Les quatre grandes thématiques de la candidature, comme par exemple « Pour les jeunes, par les jeunes », ou encore “Des jeux avant les jeux”, montrent bien les différentes facettes de cette candidature allant du terrain jusqu’à l’institution, et à l’inverse de l’instruction au terrain. 

 

C’est sans aucun doute cet aller-retour qui, en cas de victoire, fera la force de l’organisation de cet événement majeur pour notre région et plus largement pour le sport scolaire.

 

La jeunesse est au cœur du projet. Qui sont les deux élèves qui partent avec vous à Belgrade et pourquoi les avoir choisis ?

 

Camille Terrier et Léo Gouyetes sont deux élèves de 4e du Collège Jules Verne de Déville-Les-Rouen qui l’an passé ont été sélectionnés dans le dispositif Milliat-Coubertin pour devenir Ambassadeurs en 2024 aux J.O de Paris. Leur contribution à la candidature des Gymnasiades 2022, sur notre territoire, est un vrai plus et témoigne, si besoin en était, de l’implication de la jeunesse dans ce projet.

 

Le dynamisme de toute une région sur ce projet symbolise -t-il celui d’une jeunesse normande enthousiaste ?


La preuve avec Camille et Léo, non…  (NDRL : deux jeunes officiels présents à Zagreb)?

 

En tant qu’enseignant, vous attendiez-vous un jour à vivre un tel moment ?


N’est-ce pas pour cela que nous sommes enseignants ? Des projets ambitieux à partager avec toute la communauté scolaire… Nous l’avons déjà vécu, à une échelle plus modeste, avec l’organisation du Mondial de Handball I.S.F en 2016 à Rouen. Et ne dit-on pas que l’appétit vient en mangeant… Alors oui, c’est plus que l’attendre, c’est une véritable envie de vivre cette aventure. Zagreb n’étant que la ligne de départ pour filer la métaphore sportive ! Souhaitez-nous bonne chance…”

 


LIENS : 

Les Gymnasiades 2022 en Normandie !

Gymnasiade 2018, la gymnastique française brille