Actualités - décembre 6, 2018 9:30

Robert Blandeau : «Le Sport partagé est un outil exceptionnel »

Publié par

Présent pendant deux jours à l’INSEP pour le regroupement des référents Sport Partagé, Robert Blandeau, professeur d’EPS au pôle scolaire secondaire de la fondation Ellen Poidatz a accepté de nous confier ses impressions.

1°) Robert, pouvez-vous nous rappeler l’objectif de ce rassemblement de deux jours à l’INSEP ?

L’objectif de ce rassemblement est de travailler sur les classifications qui permettent de déterminer les compensations attribuées aux jeunes sportifs  afin de respecter l’équité sportive au moment des compétitions. De telle manière que les gens porteurs de handicap ne soient pas désavantagés et puissent concourir et tenter de gagner les compétitions quels que soient leurs adversaires.

2°) Quel regard portez-vous sur le sport partagé ?

Le Sport partagé est un outil exceptionnel car, en France, dans la sphère du sport français, c’est le seul outil qui permet de réunir tant de différences au moment de la pratique sportive. Qu’on soit garçon, jeune fille, jeune en situation de handicap, quel que ce soit le handicap, le sport partagé se donne pour objectif d’accueillir toutes les différences.

3°) Pouvez-vous nous rappeler de quelle académie ?

Je viens de l’académie de Créteil dans un centre spécialisé, plus particulièrement en Seine et Marne. Le sport partagé est très présent dans ce département et un peu moins dans d’autres de l’académie de Créteil.

4°) Que pensez-vous qu’il faille encore développer au niveau du sport partagé que ce soit dans votre académie et au niveau national ?

Au niveau de l’académie de Créteil, il serait bien qu’on puisse équilibrer au niveau des trois départements afin que le sport partagé soit plus répandu notamment dans le 93. Qu’on facilite aussi les échanges. Au niveau national, l’UNSS a essayé de proposer du sport dans beaucoup d’activités, ce qui est bien. Mais par contre, il existe un peu de dispersion du fait que l’excès de propositions qui empêche parfois d’organiser les compétitions comme on l’entendrait. C’est dû au fait que les associations entre les établissements ordinaires et les établissements où il y a des jeunes en situation de handicap ne sont pas simples à faire. La population en situation de handicap n’est pas si importante que ça, du coup, la pratique à un moment est limitée par le manque d’équipes.

 

Retrouvez l’article sur le regroupement des référents du sport partagé

Regroupement des Référents Sport Partagé à l’INSEP

 

LIENS :

Handisport.fr

Sport partagé à l’UNSS

Handicap international

Educap’city

Prix Ethic’Action