Info des régions, Jeunes officiels - novembre 3, 2020 8:45

Rencontre avec le skipper Maxime Sorel en Mayenne

Publié par

Avec l’arrivée du département de la Mayenne dans son projet, comme co-nom du bateau, Maxime Sorel court depuis juillet 2019 sous les couleurs de V and B – Mayenne5. Objectif Vendée Globe. Cassandre, Aubin, Félix, jeunes reporters UNSS du collège Collège de Grez en Bouère en Mayenne l’ont rencontré.

Présentez-vous…
Je suis skipper de l’imoca VandB Mayenne. Je me prépare à faire le Vendée Globe. Je suis née à Saint Malo et j’étais à l’école à Cancale. J’ai commencé la voile à 8 ans et j’ai commencé la compétition à 9 ans. Je me suis moi-même lancé dans ce sport, mes parents n’en faisait pas auparavant. J’œuvre beaucoup avec l’association Vaincre la mucoviscidose car quand j’étais enfant, mon voisin, Alex était lui-même touché donc on l’a beaucoup aidé avec mes parents. Je ne suis pas marié et je n’ai pas d’enfant donc ma sensibilité psychologique risque d’être moins touché pendant la course.

Depuis quand et comment t’es-tu préparé ?
J’ai commencé la course au large pro en 2014. Je prépare ce projet depuis décembre 2018. On est une équipe de 15 personnes à travailler sur ce projet, y compris mon père et mon frère. On a choisi un bateau plus fiable donc plus résistant mais plus lourd. Mon bateau vaut moins d’un million d’euro contrairement à d’autres qui peuvent en valoir plus de six millions. V&B est mon premier sponsor, avec eux une histoire s’est construite. Dans cette histoire, nous a rejoint le département de la Mayenne. Le sponsor qui me tient le plus à cœur celui de Vaincre la Mucoviscidose, aujourd’hui j’en suis le parrain.

Comment penses-tu que la course va se passer ?
Je sais que ce sera compliqué de manger et de dormir. Je ne ferai que des siestes de 15 à 30 minutes. Je ne mangerai que de la nourriture lyophilisée, c’est de la nourriture déshydratée en sachet parce qu’il faut gagner du poids pour aller plus vite. Je travaillerai beaucoup mais sur mon temps libre je pourrais lire, écouter de la musique ou même regarder des films. Avec mon budget, il me sera très difficile de gagner. J’ai fait cette course car c’est l’Everest des mers. D’être sur la ligne de départ est déjà une victoire pour moi, le Graal serait de boucler la boucle. Cette année il y a une très belle flotte avec 33 engagés dont 6 femmes, c’est le record dans cette course.