À la une - octobre 18, 2018 2:09

Masterclass Prix Ethic’Action à Combourg

Publié par

Pour la 5e année consécutive, l’UNSS, en partenariat avec la DILCRAH, reconduit le Prix Ethic’Action afin de sensibiliser la jeunesse sur des thématiques importantes. Pour la première masterclass de l’année, 200 élèves du collège Châteaubriand à Combourg (Ille-et-Vilaine) étaient conviés à écouter et échanger sur le thème des comportements sexistes et homophobes ce mercredi 17 octobre.

 

Edouard Andreassian, directeur de cabinet à l’UNSS et en charge du dossier du Prix Ethic’Action, lançait la journée en remerciant les élèves présents : « vous êtes les adultes de demain et les représentants des valeurs républicaines». Lors de la première partie de cette masterclass, la troupe « ma quête » et des licencié(e)s improvisé(e)s comédiens ont offert une démonstration sur les préjugés sexistes et les comportements homophobes. Volontairement provocatrice et à l’opposée des bons comportements à adopter, la troupe souhaitait « choquer », pousser les élèves à réfléchir sur :

 

  • les filles qui ne sont pas assez fortes pour jouer au football, faire de la boxe ou encore faire du sport tout court.
  • Le harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux (un garçon qui poste une photo de sa copine nue sur Snapchat)
  • L’homophobie à l’école pouvant entraîner de lourdes conséquences (repli sur soi-même, solitude et culpabilité)

Après cette représentation qui n’a pas manqué d’interpeller, les élèves présents étaient invités à réagir et refaire les scènes en utilisant les bons comportements à adopter. Énora, élève en terminale au Lycée hôtelier de Dinard, prenait ainsi la parole : «j’aimerais dire à tout le monde qu’il ne faut pas juger quelqu’un par rapport à ce qu’il est. Nous sommes tous différents et s’accepter les uns et les autres, c’est important ». Son intervention était suivie par celle de Julien qui s’exprimait sur l’impact psychologiquement du sexisme sur certaines personnes : «il y a la violence physique. Mais parfois, l’attitude verbale des garçons envers les filles peut faire encore plus mal». Des réactions avisées et intéressantes et une interactivité avec la troupe d’improvisation. Un élève réagit ainsi à la scène sur l’homophobie et s’adresse alors aux comédiens: «Pourquoi dénigrez-vous votre fils qui fait du patinage artistique et du dessin ? Et vous, pourquoi dire que votre frère vous a foutu la honte parce qu’il le disait devant toute la classe ? Ce n’est pas parce qu’il fait du patinage artistique qu’il est homosexuel.»

Devant la réaction de l’assistance, la scène est rejouée, mettant en avant tolérance, écoute et respect ! Nebile, meneur de la troupe, prêche la bonne parole en expliquant « qu’il est important de ne pas rester dans le silence si vous êtes victime de harcèlement (qu’il soit sexiste ou homophobe). Il y aura toujours une personne de confiance autour de vous pour vous écouter ! Et retenez bien cela : notre sexe ne prédit pas ce que nous ferons où serons plus tard ».

Après une masterclass passionnante, Edouard Andreassian prenait la parole en rappelant que« le sexisme s’opère dans les deux sens ! Un garçon peut être lui aussi victime de comportements sexistes. Nous comptons sur vous pour changer les choses ! Merci à tous ! »

Ce premier rendez-vous de l’année aura été riche et précieux pour tous les jeunes présents. Un grand merci à Gilles LEBRETON, Directeur régional du service UNSS de l’académie de Rennes pour l’organisation, à la troupe « ma quête » pour sa créativité pédagogique et au lycée chateaubriand d’avoir accueilli cette masterclass.

 

LIENS :

 

Revivez la première Masterclass de l’année

 

ITW Frédéric Potier (DILCRAH)

 

5e édition du prix Ethic’Action