À la une - septembre 6, 2018 10:33

L’été de nos ambassadeurs – EP 05 : Enzo Lefort, un été en demi-teinte

Publié par

Dans l’ombre des géants de l’été qui ont tout renversé sur leur passage en juillet, l’escrime a tenté de surfer sur cette vague populaire. Une semaine après la fin de la Coupe du monde, les escrimeurs français avaient rendez-vous à Wuxi en Chine pour disputer les championnats du monde.

Si la France aura terminé au pied du podium sur ces mondiaux : 4e avec 4 médailles, dont deux titres, ce ne fut malheureusement pas le cas pour notre ambassadeur Enzo Lefort. Médaillé de bronze aux Mondiaux 2014 en individuel et vice-champion olympique en équipe à Rio2016, le licencié de Melun n’a pas trouvé de solution face au N.2 mondial, l’Italien Alessio Foconi (15-8) en quart de finale. Il aura toutefois signé la meilleure performance des fleurettistes français lors de ce championnat du monde.

Une place dans le top 8 qui ne pouvait évidemment le satisfaire totalement. A deux ans de la grande échéance olympique au Japon, Enzo reste focus à 27 ans (à la fin du mois) : «La plus grande motivation pour les sports un peu confidentiels comme l’escrime, c’est l’olympisme. Ce qui me poussait à me dépasser chaque jour, c’est cet unique objectif, à savoir décrocher une médaille olympique ! J’ai connu ça à Rio par équipes (argent). Et puis le fait de me demander jusqu’où je pourrais aller, je teste chaque jour mes limites pour les dépasser ! Lorsque je subis un revers, c’est l’orgueil et la haine de la défaite qui me permettent de trouver les ressources nécessaires pour me remettre au travail d’arrache pied et pour faire en sorte que cela ne se reproduise plus ».

Confidentiel dans son exposition médiatique, l’escrime n’en demeure pas moins l’un des socles olympiques du sport français. Avec 118 médailles glanées dans l’histoire, ce sport très prôné dans le milieu scolaire, reste en première position devant le cyclisme qui compte 91 médailles.

LIEN :

Enzo Lefort twitter