À la une - septembre 23, 2019 10:29

Le journal de bord des Jeunes reporters à l’Euro Volley

Publié par

Après Montpellier, c’est au tour de Nantes d’accueillir l’Euro Volley pour les huitièmes et quarts de finale de la compétition. De nouveaux jeunes reporters ont pris la relève pour nous faire vivre l’évènement sur Nantes.

 

Euro de volley…Quelle expérience !

A peine arrivés au Parc des Expo de Nantes, c’est en musique que l’on nous accueille, un avant-goût de ce qui nous attend à l’intérieur de la salle. On nous avait promis une ambiance de fête, nous avons droit à une drôle de folie ambiante que nous partagerons tout au long de la soirée. Des tours d’ola à n’en plus finir, 33 exactement, un record battu ! L’animateur ou plutôt le chauffeur de salle, a fait monter la température de la salle à plus de 1000 degrés ! Clapping, chorégraphies, chansons, tout y est passé ! Le public se voulait réceptif et en pleine communion avec les joueurs de l’équipe de France lors de ce huitième de finale face à la Finlande. Nous aussi les jeunes reporters, nous nous prenions au jeu, nous vivions le match à 100 % ! Evidemment la victoire de l’équipe de France n’a fait qu’amplifier la folie qui avait envahie tout le public. Il nous aura tout de même fallu toute la route du retour pour revenir à la réalité : Demain cours de français à 8H00 …

 

Charline Lejeune : Jeune Reporter UNSS

 

 

Quel rôle joue les journalistes sportifs lors d’un championnat d’Europe de volley?

Le rôle d’un journaliste sportif étant de relater les compétitions auxquelles il assiste, il doit avoir une grande connaissance générale dans le domaine du sport, comme les règles, les antécédents des équipes, les noms des joueurs, ainsi que les techniques de jeu…

 

Tous les journalistes n’ont pas accès à toutes les compétitions. En effet, pour ces championnats d’Europe de Volley, un journaliste doit tout d’abord faire une demande d’accréditation, qui par la suite, va être validée ou non par l’organisation selon des critères tels que sa carte de presse ou ses productions finales. Une fois cette étape passée, il va alors rentrer en contact avec l’organisation afin de discuter des questions pratiques comme les plannings, les conditions de travail, les accès ou non aux zones mixtes.

Les journalistes sont hiérarchisés comme les photographes. Certains ont accès partout et d’autres non. En fin de match, ils se dirigent tous vers la zone mixte afin d’interviewer les joueurs et les coachs . Nous avons d’ailleurs joué à notre tour les journalistes en herbe afin de pouvoir questionner l’entraîneur adjoint de l’équipe de France, Arnaud Josserand,  « (…) étant donné que pour les  joueurs et nous, être autant sollicités et médiatisés par les journalistes est peu habituel, c’est effectivement un grand plaisir et non une contrainte. Evidemment, en cas de défaite c’est tout de suite moins plaisant (…) ».Permettre aux journalistes de voir plusieurs joueurs est le rôle de Laurence Dacoury (responsable de la communication sur cette compétition) qui va devoir diriger les joueurs vers eux.

 

Enfin, le travail de journaliste ne s’achève pas à la zone mixte, car après celle-ci, ils ont un délai très court pour rédiger leurs articles, envoyer leurs photos, retranscrire les interviews afin de transmettre le résultat final aux lecteurs et lectrices.

Une compétition telle que les Championnats d’Europe de Volley mobilise beaucoup de journalistes, photographes et d’organisateurs, ce qui va peut-être permettre à la fédération de volley de donner envie aux supporters de pratiquer ce sport.

En ce qui nous concerne, cette rencontre avec la cellule communication d’une grande manifestation, nous aura permis d’enrichir notre expérience de jeune reporters UNSS.

 

Sophia, jeune reporter UNSS