À la une - février 6, 2017 3:22

La Dordogne croit au Carton Bleu Attitude !

Publié par

Tout a débuté à Trélissac, en juin 2015, alors que le département de la Dordogne se voit confier l’organisation du championnat de France UNSS de football en catégorie minimes équipe établissement.

dscn6890Alain Couvidat, professeur d’EPS faisant partie du comité d’organisation de la manifestation mais aussi Président de l’Amicale des Educateurs de football de la Dordogne (AEF24), propose de décliner dans cette compétition scolaire le Challenge Attitude + pour lequel il milite. Ce challenge, il l’a créé en 2008 avec l’AEF24 avant qu’il ne fusionne avec le carton vert de la FFF en 2013.

Le sport scolaire ne pouvait que se rattacher aux valeurs défendues : citoyenneté, solidarité, responsabilité, lutte contre les incivilités verbales et physiques… Il s’agit avant tout de valoriser le comportement positif des joueurs, sans tomber dans l’angélisme, et de les sensibiliser autour de deux thématiques : les règles du jeu et l’esprit sportif, les règles de vie et l’esprit citoyen.

La formule séduit l’équipe organisatrice puis les délégations qui l’ont expérimentée. Elle sera déclinée lors des finales académiques de football et futsal de l’académie de Bordeaux en 2016, avant d’être mise en place pour la première année au niveau départemental en Dordogne en 2017.

 

Modalités d’attribution

 

Le challenge est collectif : l’équipe ayant le plus de cartons bleus à la fin du tournoi remporte le Challenge attitude + UNSS.

L’adulte référent, en concertation avec le responsable plateau, le responsable JA et les Jeunes Arbitres, peut attribuer à la fin du match un carton bleu à un joueur de l’équipe et/ou au capitaine si l’équipe dans son ensemble (joueurs et adultes) a été fair-play pendant le match.

Deux cartons maximum peuvent être donnés par équipe et par match : un pour le joueur et un pour l’équipe.

L’idée est bien de valoriser une attitude positive complète de l’élève, envers ses partenaires, adversaires, arbitres, professeurs. Si le référent considère qu’il n’y a pas de comportement à valoriser  lors du match, aucun carton n’est attribué.

La distribution des cartons s’effectue rapidement à l’issue du match, après avoir regroupé les joueurs des deux équipes. Les adultes référents ou les jeunes arbitres expliquent de façon succincte les raisons de l’attribution des cartons.

Le référent transmet à la fin du match le nom du joueur et de l’équipe qui ont reçu le carton en vue d’un classement à la fin de la journée. S’il y a égalité, c’est l’équipe la mieux placée sportivement qui remporte le challenge.

Le joueur qui se distingue individuellement pendant le tournoi en remportant le plus de cartons peut également être valorisé.

 

Retour d’expérience

 

dscn6893Au terme des trois journées de finales départementales 2017 de football et futsal, en collège et lycée, les avis sont unanimement favorables.

Le dispositif est très simple à mettre en place : il suffit, pour l’organisateur, d’imprimer les cartons et de prévoir des récompenses ! Des partenariats intéressants peuvent se mettre en place avec des structures comme la MAIF, qui se reconnaissent dans les valeurs défendues.

Le principe est expliqué aux joueurs rassemblés en début de tournoi.

 

Chez les lycéens, l’effet apaisant du carton bleu est indéniable et favorise un échange en fin de match. Pour leur enseignant, «le carton bleu devient notre partenaire privilégié pour analyser les rencontres et réaffirmer l’idée d’un sport scolaire exigeant au niveau de l’éthique pour et par sa communauté (Acteurs, JO, Animateurs et Organisateurs), ce n’est pas rien, mais c’est déjà un peu beaucoup». Certains élèves de LP pensent que « c’est normal d’être correct» mais pour leur professeur « nous travaillons sur le respect au quotidien et cela se ressent aujourd’hui. Le carton bleu vient le confirmer, c’est une reconnaissance au niveau départemental. »

Le protocole s’installe à nouveau, serrer la main des arbitres en fin de rencontre devient systématique.

Des jeunes joueurs de section sportive, rencontrés après le bilan de fin de match, disent que « c’est une bonne chose, ça nous aide à faire attention aux autres. Ce seront de bonnes habitudes pour plus tard. Oui, il faudrait que ça existe dans toutes les compétitions de foot UNSS ! »

Des collégiennes, non récompensées en futsal, se sont montrées un peu déçues : « pourtant, on a été fair-play » mais une défense un peu rugueuse les a privées de carton bleu. Quinze jours plus tard, alors qu’elles ne disputent pas le titre, elles se voient honorées pour leur combattivité et leur bon esprit en football : « on est très fières, c’est ce qui était important pour nous ».

Individuellement, le joueur valorisé garde son carton et peut en parler avec ses parents le soir « je vais leur montrer et leur expliquer » : l’information et la prévention dépassent alors le strict cadre du stade et, une fois encore, nous « partageons plus que du sport ».

 

Isabelle THOMAS

DDUNSS Dordogne