À la une - novembre 4, 2016 11:41

Kalem Mauvois : «Accompagner au mieux les athlètes »

Publié par

17848e0A l’occasion des rencontres de l’Etudiant sur les formations et les métiers du sport le samedi 5 novembre au New Cap Center à Paris, l’UNSS proposera une conférence. Kalem Mauvois, fondateur de Crescendo Management, sera notamment présent pour expliquer son métier et son parcours. Rencontre avec celui qui gère l’image du sportif français le mieux rémunéré au monde, Rudy Gobert.

 1°) Kalem, vous participez aux rencontres de l’Etudiant ce samedi afin de parler de votre métier lié au sport. Pouvez-vous nous rappeler votre parcours avant de créer Crescendo Management ?

J’ai un parcours assez classique. Je suis diplômé de Kedge Business School dont une spécialisation en marketing. J’ai ensuite travaillé 6 années aux Etats Unis, au sein du Groupe Ritz Carlton notamment, en Californie. A mon retour en France, j’ai d’abord travaillé au sein d’un autre cabinet de conseil en stratégie à Paris avant de fonder ma propre agence.

2°) Quelles ont été les motivations qui vous ont poussé à exercer dans le domaine du sport ?

J’y suis tombé un peu par hasard. J’étais un vrai passionné de sport assez fasciné par le savoir-faire des professionnels anglo-saxons en matière de communication du sport. Lorsque je suis revenu en France, j’ai eu envie de comprendre l’écart que j’observais entre les deux pays. Et puis, je me suis finalement lancé en 2009.

3°) On dit souvent que certains métiers comme journalistes sportifs, conseiller en communication, et dautres, sont composés de nombreux sportifs frustrés qui n’ont pu atteindre le haut niveau. Que pensez-vous de cette idée ?

C’est totalement vrai. On se rattrape comme on peut… j’ose croire toutefois que nos métiers ne sont pas si faciles à exercer. La communication et le marketing sont devenus un ressort important dans la construction d’une carrière de haut niveau. Les erreurs de communication se paient cash… Elles  démontrent l’importance de notre métier quasi quotidiennement.

4°) Vous gérez des sportifs dans différents sports (basket, aviron, judo, athlétisme, escrime…). Quel est votre rôle exact auprès d’eux ?

Une fois qu’un athlète international accède à un certain niveau de notoriété par ses performances, les règles changent. ll devient un personnage public. Cela sous-entend quelques privilèges mais aussi beaucoup d’obligations vis à vis des fans, des clubs, des fédérations, des sponsors, des médias… Notre rôle est d’accompagner ces athlètes dans les efforts à fournir vis à vis de tous ces publics.
5°) Le contrat signé par le basketteur Rudy Gobert (102 millions de dollars sur 4 ans) en fait le sportif français le plus payé. Cela va aussi le mettre encore plus en avant du fait du montant record. Est-ce que cela change votre façon de voir les choses en terme d’image avec lui ? 

L’impact est indéniable car cela influence la perception que le grand public aura de Rudy désormais. En revanche, cela ne change pas  fondamentalement notre façon de voir les choses. Le plus important pour nous est de coller au mieux à ses aspirations et nous engager sur des projets qui lui ressemblent.

6°) Cela attire-t-il déjà d’éventuels partenaires pour travailler sur son image ?

Oui, ça peut y contribuer. Pour ce qui concerne notre métier, Rudy n’a pas encore l’aura que possèdent Teddy Riner ou Tony Parker. Il nous reste donc beaucoup de travail à effectuer.

7°) Lorsqu’une entreprise vient vous voir et démarche pour travailler avec l’un de vos athlètes. Quelles sont les valeurs que vous souhaitez mettre en avant ?

C’est l’un des aspects passionnants de notre métier. Chaque sport a son propre ADN et véhicule souvent des valeurs assez distinctes. C’est avant tout un dialogue que nous établissons avec chaque entreprise qui nous contacte. Il nous faut bien comprendre leurs aspirations avant de leur recommander une collaboration avec une ou plusieurs des personnalités que nous représentons.

8°) Trouvez-vous que le marketing sportif évolue en France ou est-on encore en retard sur les pays anglo-saxons notamment ?

Le marketing sportif évolue en France mais nous accusons encore un retard certain. Il n’y a pas que les anglo-saxons. Les espagnols aussi ont su créer de belles marques sportives qui rayonnent internationalement. Au-delà du Real Madrid et du FC Barcelone, Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi sont aussi devenus des marques sportives puissantes. Pour faire grandir ces marques, ces sportifs se font systématiquement accompagner par des agences comme la nôtre.

 

LIENS :

Crescendo Management

L’Etudiant