À la une, Actualités - avril 8, 2019 8:00

Jacques Kremer : « La Lycéenne MAIF RUN est très attendue »

Publié par

La Lycéenne MAIF RUN à Ajaccio aura lieu après les autres. L’île de Beauté attendra le 10 avril pour pouvoir vivre son évènement. Jacques Kremer, directeur régional de Corse, nous raconte les préparatifs et l’importance qu’a pris la Lycéenne en Corse.

 

Bonjour Jacques, comment se déroule l’organisation de la Lycéenne MAIF RUN qui aura lieu à Ajaccio le 10 avril prochain?

Le programme et la partie matérielle sont à peu près bouclés, et les intervenants identifiés. Les différents rôles de chacun lors du grand jour sont arrêtés, mais quelques cases restent encore à remplir pour que chaque poste soit tenu, par les enseignants et par les élèves organisateurs.

Evidemment, il reste une foule de détails à régler, et les derniers impondérables ne manqueront pas de se présenter, il reste quand même encore un peu plus d’un mois pour l’édition d’Ajaccio.

 

 

Pourquoi est-ce que La Lycéenne aura lieu un peu plus tard sur l’ile de beauté ?

Tout d’abord parce que début mars, l’académie de Corse est encore en vacances. Nous avons été les derniers à partir, donc ce décalage s’impose. Ensuite, sur les 17 lycées, LP et LA de l’académie, plusieurs avaient programmé des épreuves anticipées du Bac et autres épreuves de Bac blanc après la rentrée des vacances d’hiver. Enfin, le programme des championnats académiques impose quelques dates incontournables au cours du mois de mars. Donc, afin de n’obliger personne à choisir entre La Lycéenne et un autre rendez-vous, nous avons fait le choix de reculer la date de cette journée.

 

 

Pouvez-vous nous dire combien de filles seront concernées par l’évènement ?

Nous espérons au moins 500 participantes, et pourquoi pas 600. La première et unique édition de cet événement en Corse avait rassemblé 200 participantes en 2017. Par ailleurs, il faut considérer que les 1544 filles licenciées représentent 38,22% du nombre des licenciés UNSS. Donc, si nous réussissons à faire venir environ une fille licenciée sur deux de la catégorie d’âge considérée, et que chacune amène avec elle une camarade non licenciée, nous aurons réussi un tour de force.

Elles ne sont pas choisies, elles sont toutes attendues avec bienveillance. Nous sommes curieux de savoir quelle sera l’AS qui mobilisera le plus de participantes en nombre, et celle qui totalisera le plus fort pourcentage de filles de l’établissement autour de cet événement.

 

 

Sentez-vous un véritable engouement autour de ce projet 100% féminin ?

Le souvenir de la première édition est resté profondément gravé dans les mémoires, et le bouche à oreilles a fonctionné, ce qui fait que je pense que l’événement est très attendu. En effet, cet événement a été tout à fait inhabituel dans le paysage Corse et, passée la surprise des premiers instants, les participantes de l’époque ont vécu très intensément cette journée. De plus, le fait que l’édition 2018 n’a pu avoir lieu pour des raisons pratiques rend cette journée encore plus précieuse. Donc c’est peu dire que l’édition 2019 est très attendue.

 

De plus, à l’instar du mouvement de fond qui anime l’ensemble de la structure, la place faite aux organisateurs élèves, Jeunes Officiels de toutes les spécialités, sera de première importance. Les ateliers proposés par les AS des établissements mettront en avant des animatrices élèves qui feront bouger leurs camarades au rythme de leur passion. Et, évidemment, nous aurons des jeunes reporters, secouristes et brigades vertes qui viendront renforcer cette troupe de bénévoles.

 

 

La pratique sportive pour les filles est une des priorités de l’UNSS. Quel regard portez-vous sur ce qui est mis en place dans votre région et au niveau national à ce sujet ?

Au-delà de la pratique sportive des filles, je pense que la pratique sportive pour tous est la vraie priorité qu’il faut imposer. En cela, le travail fait dans l’UNSS est absolument remarquable. En effet, derrière toutes celles et tous ceux qui viennent naturellement aux activités proposées, il y a ceux qui sont plus éloignés de la pratique sportive comme les porteurs de handicap, les élèves dont le parcours scolaire est un peu haché ou encore les apprentis. Ensuite, il y a tous ceux qui voient dans les programmes développés par l’UNSS la possibilité de se réaliser, à travers les rôles sociaux ou les thématiques citoyennes. Enfin, il y a tous ceux qui viennent à l’UNSS parce que c’est un espace d’échanges et de partage : un espace de vie sociale quoi !

Ainsi, il est donc normal de considérer que la plus large place doit être faite à toutes et tous pour permettre le vivre ensemble et l’apprentissage de la vie.

Donc, pouvoir offrir à nos jeunes filles une journée festive, basée sur la découverte de pratiques originales et l’information sur différents sujets, dont des sujets spécifiquement féminins est une grande chance. Je suis heureux d’en profiter.

 

 

On sait que La Lycéenne MAIF RUN n’a rien d’une compétition officielle et se veut avant tout festive. Quels sont les ambassadeurs et activités qui attendront les filles le 10 avril prochain?

Nous avons misé sur des sportifs de haut niveau emblématiques de la Corse, fiers de leur région et de leurs valeurs. Ainsi, Alexandra Feracci, 3 fois championne du Monde, Championne d’Europe et Championne de France de Karaté, sa sœur Laetitia, membre de l’équipe de France de Karaté et Thimothée Carle, sociétaire du GFCA Volley Ball qui évolue en Ligue A et membre de l’équipe de France de Volley Ball nous accompagneront toute la journée. Mais nous aurons également un autre parrain, dont nous sommes tous très fiers : il s’agit de Thierry Corbalan, athlète amputé des deux bras, qui pourtant réalise régulièrement de vrais exploits en faisant notamment le tour de Corse à la nage monopalme. Quant à lui, au-delà de ses exploits sportifs, c’est sa gentillesse et sa disponibilité qui impressionnent le plus.

Le programme des activités proposées est riche : 20 stands sportifs et informatifs, qui iront du football aux arts de la rue en passant par les sports de combat ou encore le step, mais qui parleront également de contraception de nutrition ou d’environnement, sans oublier les valeurs olympiques et la sensibilisation au handicap.

 

 

LIENS :

Marie-Ange Daffis : « La Lycéenne sera force de partage d’un grand moment sportif entre filles »

 

Bordeaux remet ça pour la Lycéenne MAIF Run

 

Lyon, une mobilisation totale pour la Lycéenne MAIF Run

 

Besançon impatiente d’accueillir la Lycéenne MAIF Run

https://unss.org/blog/besancon-impatiente-daccueillir-la-lyceenne-maif-run-2e-edition/

Agnès Evren : « La Lycéenne, un vrai symbole »

Agnès Evren : «La Lycéenne, un vrai symbole »