À la une, Nos jeunes reporters - avril 8, 2019 11:00

ISF Football : le journal de bord de Mathéo, jeune reporter

Publié par

Du 6 avril au 14 avril, Belgrade sera le théâtre des championnats du monde scolaire de football. Les équipes de France féminine et masculine vont tenter de briller sous le regard de Mathéo Girard, jeune reporter présent sur place, qui nous raconte la première journée en Serbie.

 

Jour du départ : Belgrade, nous voilà !

« Alors que les premiers coups de sifflets auront lieu demain, les équipes de France masculine et féminine sont arrivées en terre serbe aux environs de 13h. Ils ont pu découvrir le superbe hôtel dans lequel ils vont séjourner le temps d’une semaine. Il fallait se lever tôt pour apercevoir la délégation française à Paris ce samedi. Après une courte nuit à l’hôtel, elle a investi, dès 7h45, l’aéroport Paris Charles de Gaulle pour un décollage prévu à 10h. Après deux heures de trajet dans les airs, plus ou moins stressantes pour certains, elle a pu découvrir la ville pour rejoindre le très imposant Crowne Plaza Hôtel. D’autres nations y ont été aperçues, notamment le Brésil, le Qatar, ou encore la Chine.

Après un bon repas au restaurant, le discours du chef de délégation, Franck Dufour, a officiellement lancé le championnat. Celui-ci a mis l’accent sur la nécessité pour nos athlètes de donner le meilleur d’eux mêmes, tout en profitant de cette expérience, sans oublier les valeurs fondamentales du sport.

Une fois installées, les équipes masculine (Le lycée Déodat de Séverac de Toulouse) et féminine (le lycée Sacré Coeur de Saint Brieuc), très professionnelles sont parties s’entraîner, à base de footings dans les rues de Belgrade, et de jeux ludiques. Stéphane Audard, coach des garçons, mettait l’accent sur la nécessité « d’évacuer le mauvais stress à la veille du premier match ». Ils ont pu y remarquer les délégations allemandes et italiennes, que l’on imagine dans le même état d’esprit que nos Tricolores.

Une journée chargée s’annonce demain pour les deux équipes. Après une matinée qui s’annonce assez calme, l’équipe masculine affrontera l’Italie à 15h, pour le lancement des phases de poule. L’équipe féminine enchaînera, quant à elle à 16h30, juste après leurs compatriotes, face à la Chine. Deux matchs qui s’annoncent difficiles alors qu’il est impossible de juger le niveau des équipes avant les premières rencontres. »

 

 

Jour 2 : Un sans faute pour la délégation tricolore !

« Après leur arrivée hier dans la ville du championnat, les équipes rencontraient leurs premiers adversaires aujourd’hui : l’Italie pour les garçons et la Chine pour les filles, avec deux succès à la clé.

Avec la fatigue du trajet de la veille, Stéphane Audard et son staff avaient décidé de ménager ses troupes dans la matinée en prévision du match à 15h. Bien lui en a pris puisque son équipe imposait un très gros rythme à leurs homologues transalpins, qui peinaient à répondre dans l’engagement. Finalement, c’est l’ailier gauche Thomas Jarguel qui ouvrira le score à la 25ème minute après une belle passe de Théo Reynaud. Trois minutes plus tard, le show de Kelvin Olawaiye commença. Ce dernier inscrira un triplé en un quart d’heure, à cheval sur deux périodes, témoignage d’un match abouti. Les coéquipiers du capitaine Jean Brun rencontreront demain la Slovénie dès 9h, puis le Chili plus tard, dans l’après-midi.

Nicolas Delepine, coach de l’équipe féminine, avait quant à lui proposé à ses joueuses quelques ateliers de mise en train et de techniques dans la matinée, sur la pelouse longeant l’hôtel. A 16h30, elles avaient rendez-vous avec la Chine pour ce qui constituait le choc du groupe, au centre technique national de Serbie. Malgré une prestation « décevante dans le jeu » d’après l’entraîneur, nos Bleues se sont imposées, dans la douleur, grâce à un doublé de Dialamba Diaby. Elles rencontreront demain la Serbie à 15h, pour ce qui pourrait leur permettre d’assurer quasiment leur qualification pour la phase finale, en cas de résultat favorable.

La cérémonie d’ouverture a clôturé cette journée riche en émotions, où la délégation française a pu découvrir les nations ne séjournant pas dans le Crowne Plaza Hotel. Les garçons ont notamment pu apercevoir l’équipe croate, qu’ils affronteront mardi. »

 

 

Jour 3 : Toujours invaincus !

« Au terme d’une journée chargée, qui a vu la délégation tricolore disputer trois matchs, les deux équipes sont en ballottage favorable pour la suite de la compétition.

Après une courte nuit de sommeil, par la faute ou le plaisir de la cérémonie d’ouverture la veille, l’ensemble de la délégation se présentait à 9h avec de petits yeux à l’heure du petit déjeuner. Cela n’empêche pas les Bleus de débuter leur rencontre matinal face à la Slovénie avec de belles intentions. Des Slovènes qui avaient la veille battu la Croatie. C’est tout d’abord Lucas Marcant, remuant, qui pèse énormément dans la surface mais ne trouve pas le cadre sur une première occasion. Thomas Jarguel a, lui aussi, l’opportunité d’ouvrir le score, mais bute sur une défense adverse solide, physiquement et mentalement. Les Bleus doivent finalement concèder leur premier point de la compétition malgré un match globalement solide (0-0)

Un second adversaire se présente à eux, en début d’après-midi (15h). Le Chili a perdu ses deux premiers matchs face au Qatar (5-0) et à l’Italie (1-0) et semblent largement à la portée des coéquipiers de Jean Brun. La fatigue se faisant sentir dans les deux camps, il est plus difficile pour les Tricolores de produire du jeu. Ils inscriront cependant l’unique but de la partie grâce au défenseur central Sacha Tartas, héroïque le jour de son anniversaire. Une victoire acquise au forceps (1-0) qui place les Bleus en tête de leur poule avant les deux dernières rencontres de phase éliminatoires.

Quant à leurs compatriotes féminines, après un succès étriqué face à la Chine hier, elles avaient à cœur de faire mieux face à la Serbie. Malgré un effectif remanié, avec 6 joueuses nées en 2003 titularisées, les joueuses maîtrisent leur sujet. La capitaine Amandine Béché montre la voie en ouvrant le score après un sprint de 40m après le quart d’heure de jeu. Dans la foulée, Candice Charbonnier marque à la réception d’un centre. Eloïse et Marine le Campion, cousines, prennent les commandes du match et inscrivent 3 buts, coup sur coup, pour assurer une victoire logique. Dialamba Diaby, fraîchement entrée en jeu, aggrave le score en fin de match grâce à sa vitesse, marquant ainsi son 3ème but de la compétition pour porter le score à 6-0.

Ce mardi, une grosse journée attend l’équipe masculine puisqu’elle disputera deux matchs face à la Croatie et au Qatar, pour tenter de conserver leur billet pour les quarts de finale. Les filles, déjà qualifiées grâce à leur victoire face à la Serbie, affronteront la Grèce pour protéger leur première place, convoitée par la Chine. »

 

 

Jour 4 : Fortunes diverses pour la délégation française !

« Cette quatrième journée, capitale pour la plupart des nations dans la course aux quarts de finale n’a pas eu la fin espérée pour les Bleus. Les filles ont, quant à elles, assuré tranquillement leur première place.

Tout avait pourtant très bien commencé pour les joueurs de Stéphane Audard. Lors de leur premier match de la journée, face à la Croatie, ils se sont affirmés comme les véritables patrons sur le terrain. Agressifs dans les duels, les Bleus se procurent de nombreuses occasions grâce à Théo Reynaud qui lance successivement Thomas Jarguel et Lucas Marcant en profondeur. C’est finalement Corentin Menchi, seul aux 6 mètres après un cafouillage qui ouvrira le score. Lucas Marcant l’aggravera dans la foulée après avoir pris de vitesse l’intégralité de la défense croate. S’ensuivra le deuxième but de Sacha Tartas dans le tournoi, encore une fois de la tête. Théo Reynaud marquera lui de près en début de seconde période, profitant de l’apathie des deux centraux adverses. Enfin, c’est Arovana Randrianasolo, tout juste sorti du banc, qui clôturera la marque. Les Tricolores s’imposent 5-0 et n’ont alors besoin que d’un nul face au Qatar pour se qualifier en quarts.

Seulement, la fatigue pèse dans les jambes des Bleus qui peinent à s’organiser défensivement, et se retrouvent en danger pour la première fois du tournoi durant cette deuxième rencontre du jour. Malgré cela, notamment grâce à un Théo Ratio omniprésent dans l’entrejeu, ils parviennent à se procurer quelques situations aux abords du but du portier qatari. A la mi-temps, le score nul et vierge laisse présager une qualification sereine pour les partenaires de Jean Brun. Au retour des vestiaires, la baisse de rythme de la rencontre profite au Qatar qui ouvre le score d’une frappe contrée. Les Bleus perdent progressivement pied jusqu’à encaisser deux nouveaux buts. Au final, ils s’inclinent 3-0 et laissent filer les quarts, au goal average particulier. Ils joueront, à partir de jeudi, pour une 9ème place qui resterait honorable.

Jean Brun et ses partenaires ont échoué à se qualifier pour la phase finale

        En ce qui concerne les filles, celles ci poursuivent leur route tranquillement après une victoire sereine face à la Grèce. Déjà qualifiées après leur victoire 6-0 face à la Serbie hier, elles avaient à cœur de s’imposer pour s’assurer de la première place de leur groupe. C’est chose faite, avec brio puisque Amandine Béché, buteuse encore aujourd’hui, a permis aux Bleues de s’imposer 5-0. Anaëlle Le Moguedec, Candice Charbonnier, Dialamba Diaby et Léna de Aguiar Costa ont également marqué.

Demain sera une journée plus calme pour la délégation tricolore puisque aucun match n’est au programme, il s’agira d’une journée de repos. Chaque nation aura la tâche de préparer une chorégraphie qu’elle produira sur scène lors de la « Soirée des Nations » dans laquelle les cultures se mélangeront, et dans laquelle les athlètes auront l’opportunité de découvrir plusieurs traditions étrangères. »

 

 

Jour 5 – Une journée de transition

« Après deux journées éprouvantes, qui avaient notamment vu les garçons disputer quatre matchs, l’ISF a organisé une journée plus calme, de transition, pour laisser les organismes au repos.

L’heure était à la récupération pour la délégation tricolore après la fin des phases de poule. Une journée basée sur la fraternité entre les nations, durant laquelle les Bleus ont pu visiter le vieux Belgrade, puis découvrir les traditions culinaires des autres pays présents sur le championnat.

A 9h, le bus les a emmené de l’hôtel à un grand parc, dans lequel ils ont pu apercevoir de nombreux monuments de la ville datant de la Seconde, voir de la Première Guerre Mondiale. La délégation, au complet, a par exemple eu l’occasion de passer sous la plus ancienne porte de la capitale serbe, ou encore de poser à côté d’une offrande de l’état français, signe de paix entre les deux pays. L’Autriche et la Chine étaient également du voyage sur les mêmes horaires, ce qui a permis à nos athlètes de prendre quelques clichés et de discuter quelques instants avec leurs homologues.

La délégation française a eu la chance de partager de bons moments avec les autres nations, ici la Chine

 

Vers midi, alors que l’équipe féminine a préféré rentrer à l’hôtel pour se reposer, les garçons se sont rendus en centre ville où ils ont passé l’après-midi. Ces derniers y ont préparé leur chorégraphie pour la soirée des nations, qu’ils allaient reproduire à toutes les autres délégations présentes au championnat.

C’est à 18h que le spectacle commença. Les Tricolores ont assisté à certaines représentations étonnantes, comme celle de la Bulgarie, mais surtout du Brésil qui a offert au public quelques pas de samba. De nombreux selfies ont été échangés avec les délégations slovaques, italiennes et finlandaises, témoignant de la fraternité entre les athlètes.

Demain, la compétition reprend son cours avec un enjeu plus ou moins important pour les deux équipes. A 11h30, les garçons affronteront la Serbie, devant un public qui s’annonce en feu pour soutenir leur équipe. Avant cela, les filles seront opposées à 10h à Taïwan pour une place en demi-finale, un match d’une importance capitale. »

 

Jour 6 : Un nouveau sans faute !

« Les équipes féminines et masculines ont effectué leur retour à la compétition ce jeudi après la journée de transition. Au menu : un quart de finale disputé par les filles contre Taïwan, et un premier match de consolante pour les garçons face à leurs hôtes serbes.

La véritable compétition débutait à 10h pour les Bleues, qui, jamais mises en difficulté durant les poules, s’avançaient pour un premier test face à une nation en pleine progression. Sûres de leurs forces, elles rentrent  parfaitement dans leur match et ouvrent le score par l’intermédiaire d’Amandine Béché après une récupération haute dès la première minute. Le jeu proposé par nos tricolores se dégradent de fil en aiguille et, malgré une belle frappe de Dialamba Diaby, ces dernières peinent à imposer leur tempo sur la rencontre. En seconde période, grâce à sa doublette Anaëlle Le Moguédec – Constance Noblet au milieu de terrain, nos Bleues tiennent le ballon et fatiguent leurs adversaires. A la dernière seconde, celles-ci saisissent leur chance, qui nécessite l’intervention autoritaire de la gardienne Manon Toti pour éviter les tirs au but. Nos joueuses, après cette victoire 1-0, sont assurées de disputer un match pour la médaille. Reste à savoir si ce sera pour l’or, l’argent, ou le bronze… Demain, elles affronteront l’Autriche, favorite du tournoi, pour décrocher, on l’espère, une place pour la grande finale.

 

Les Bleues se sont qualifiées pour les demi-finales face à Taïwan (1-0)

Les garçons, éliminés cruellement mardi par le Qatar, se retrouvent quant à eux dans un tournoi de consolante, qui pourrait leur permettre samedi d’accrocher une honorable 9ème place. C’est ainsi qu’ils rencontraient à 11h30 la Serbie, capable du meilleur à domicile. Les Bleus, bien meilleurs techniquement que leurs homologues, dominent mais se heurtent à une solide défense adverse. Alors que l’on joue les derniers instants du match, les Tricolores poussent et inscrivent deux buts coup sur coup grâce à Diego Quesada et Thomas Jarguel pour une victoire 2-0. Les partenaires de Lucas Marcant disputeront demain la demi-finale de ce tournoi « 9-16ème places » face à la Belgique dans une confrontation qui rappellera une autre, en juillet dernier. On leur souhaite en tout cas de vivre le même scénario…

 

Cet après-midi, dans le prolongement de la journée culturelle d’hier, ils ont eu la chance de visiter le « Marakana », théâtre des plus belles heures de l’Etoile Rouge de Belgrade sur la scène européenne. Seuls dans le stade, ils ont lancé un clapping, emmenés par le capitaine Jean Brun. Une expérience unique qu’ils n’oublieront jamais ! »

 

 

Jour 7 : En route pour la finale !

« Plus on avance, plus les matchs sont importants pour l’équipe féminine qui disputait ce vendredi sa demi-finale face à l’Autriche, une nation venue avec sa sélection nationale. Les garçons affrontaient, eux, la Belgique pour accéder au match pour la 9ème place.

Un gros défi se présentait aux joueuses de Nicolas Delépine ce matin à 10h. L’Autriche, qui les avait battu 5-0 il y a quelques années, avait sans aucun doute les arguments pour contrarier les partenaires d’Anaëlle Le Moguédec. Mais, bien rentrées dans leur match, celles ci laissent la possession à leurs adversaires pour mieux les prendre à défaut en contre. C’est ainsi que sous la pression d’Amandine Béché, la latérale gauche trompe sa propre gardienne pour l’ouverture du score tricolore. Les Bleues tentent d’enfoncer le clou et pensent inscrire un second but par Dialamba Diaby… finalement victime d’un hors-jeu très limite. En seconde période, Maïwen Renard et Maëlle Troussard se muent en véritables patronnes de la défense, et empêchent les Autrichiennes de revenir. Finalement, Éloïse Le Campion inscrira un second but après une très belle action collective, qui parachèvera cette très belle victoire (2-0).

Quant aux garçons, ils trouvaient sur leur route des Belges en pleine confiance, venant de battre l’Allemagne. Malgré une possession inexistante, nos voisins ouvrent le score sur l’action suivant une occasion ratée par Lucas Marcant. Témoignant d’une très grosse force collective, les Bleus arracheront néanmoins une victoire 2-1 après un raté d’un joueur adverse, et un but de Tanguy Dinquer, sorti du banc. Un match compliqué à gérer pour Corentin Menchi « ils défendaient à 11 derrière, c’était difficile de contourner leur bloc ».

Dans la soirée, grâce à leur coach Stéphane Audard, ils ont pu assister gratuitement à la rencontre de futsal entre la Serbie et le Brésil à la Stark Arena, l’enceinte du club de basket-ball de l’Étoile Rouge. Les garçons ont notamment eu la chance de voir briller des joueurs avec une aisance technique supérieure à la moyenne, à coup de virgules ou de passements de jambes bien sentis.

Demain sera, on l’espère, un grand jour pour la délégation tricolore qui pourrait être sacrée championne du monde grâce aux filles si celles ci battent l’Allemagne (14h30). Avant cela, les garçons se frotteront au Danemark, une formation solide dans les duels, pour s’assurer la 9ème place. »

 

Jour 8 : Un dénouement cruel pour les deux équipes !

« Pour cette dernière journée de compétition, les Bleues disputaient leur finale tant attendue depuis leur qualification hier face à l’Autriche. Parallèlement, les garçons se concentraient sur leur rencontre face au Danemark, pour la 9ème place.

Avant la finale des filles à 14h30, les garçons se frottaient au Danemark, pour un dernier match à enjeu : celui de la 9ème place. Pour ce qui s’avérait être le dernier match des terminales avec Stéphane Audard, les Bleus démarrent fort, sous l’impulsion de Kelvin Olawaiye, qui fait mal par sa vivacité. Lucas Marcant et Théo Reynaud mettent successivement à contribution le portier danois, qui ne craque pas. À force de gâcher, les Tricolores encaissent un but après une mésentente dans la défense. Lucas Marcant, fautif sur l’ouverture du score, se fait justice lui même pour égaliser dans la foulée. En seconde mi-temps, la tension monte et la fatigue se fait ressentir. Elle se termine sans réelle occasion franche, et assure une séance de shootouts. Un jeu qui piègeront les partenaires de Jean Brun qui s’inclineront finalement 4-2 et laisseront la 9ème place au Danemark.

 

Anaëlle Le Moguédec et ses partenaires ont perdu en finale face aux Allemandes (1-0)

Ne se laissant pas abattre, les garçons se rendent au centre technique national pour assister à la finale féminine. Une finale entre deux nations réputées joueuses mais solides physiquement. La partie démarre fort et les Allemands tiennent le ballon, sans toutefois inquiéter la cage de Manon Toti. Les Bleues se réveillent peu à peu et profitent de la vitesse de Dialamba Diaby pour se montrer menaçantes aux abords de la surface allemande. Malgré un bel arrêt de la portière adverse sur une tentative de la même Diaby, les deux équipes rentrent au vestiaire sur le score nul et vierge de 0-0. En seconde période, les choses s’accélèrent. Profitant de la relative faiblesse des latérales allemandes, les filles se projettent mais ne trouvent pas la faille. Ce sont finalement les adversaires qui ouvrent le score grâce à une belle frappe de l’extérieur de la surface en pleine lucarne, qui laisse Manon Toti sur place. Les Tricolores se ruent alors vers l’avant et ont les occasions pour revenir. Candice Charbonnier touche le poteau après une merveille d’action collective. Quant à Enora Guillois, sa reprise de volée en sortie de corner tape la barre transversale. L’Allemagne plie mais ne rompt pas, et s’impose finalement après avoir souffert dans les derniers instants de la rencontre. Les partenaires d’Amandine Béché s’effondrent, en pleurs pour la plupart d’entre-elles, conscientes de ne pas être récompensées de leur gros match. L’équipe, composée de nombreuses joueuses ayant déjà échouées en 2017, voulait sa revanche mais ce sont leurs adversaires, plus constantes au long du match, qui sont championnes du monde.

Chez les garçons, le Brésil, impressionnant de maîtrise technique et collective, s’est imposé 3-0 face à la Slovaquie, véritable révélation de ce tournoi. Demain, la délégation tricolore rentrera pour Paris après une très belle semaine, riche en émotions que les athlètes n’oublieront jamais. »

 

 

LIENS :

ISF

 

Equipe de France UNSS facebook