À la une, Actualités, Nos jeunes reporters - avril 30, 2019 10:58

ISF Course d’orientation : le journal de bord

Publié par

 

Jour du départ : top départ pour les orienteurs

Aujourd’hui, lundi 29 avril, l’aventure débute pour nos dix jeunes orienteurs. Depuis 6 heures ce matin, ils se déplacent dans la joie et l’excitation pour arriver à Otepää, Estonie, où se déroulera leur championnat du monde. Ils ont traversé, pas moins de quatre pays pour y participer et rêvent de ne pas repartir les mains vides.

Départ de Lyon à 11 h. La délégation prend l’avion pour Francfort avec deux professeurs, Jean-Baptiste Bourrin et Véronique Héritier, accompagnés du cheffe de délégation, Alice Grenet. Certains sont plongés dans leur cartes, d’autres sont captivés par leur film, ou encore observent les paysages magnifiques de la neige à la mer, aux forêts vert émeraude. Tallin, capitale de l’Estonie, est le prochain arrêt. De là, à 17h 30, tout le monde prend un car avec la délégation finlandaise pour se rendre à l’hôtel Kääriku, situé au sud-ouest d’Otepää. Une arrivée tardive  à 22 heures, les Français sont affamés et épuisés par leur voyage. Ils ont tout de même la force de répéter leur chorégraphie pour la soirée des Nations. D’un côté, pour se protéger du vent et se réchauffer, d’un autre, simplement pour s’amuser.

Demain matin, un entretien individuel se fera entre la délégation française et ses coachs pour les préparer mentalement aux courses qui auront lieu mercredi et vendredi. A 11 h, ils prendront le bus pour participer au Model Event, un entraînement pour eux mais aussi un moyen de rencontrer les autres équipes venues du monde entier. Dans la soirée, la cérémonie d’ouverture se déroulera avec, sans-doute, une ambiance et une bonne humeur au rendez-vous.

Je vous laisse sur une petite anecdote sur l’Estonie. Le saviez-vous ? La capitale officielle de l’Estonie est Tallin mais ce pays est spécial car il en a plus d’une. En effet, ses capitales changent au cours de l’année : Tartu est établie comme la « capitale culturelle d’Estonie » alors que Parnu est connue comme la « capitale d’été ». (Source : acei-global.blog)

 

Jour 2 : Avant la course, l’échauffement …

23 délégations, 600 orienteurs, 800 personnes au total. Tous à Otepää pour le Championnat du Monde de Course d’Orientation. Mais avant les courses, il faut bien sûr s’entrainer. C’est donc ce qu’à organisé l’ISF CO pour nos orienteurs venant de 23 pays différents. Le « Model Event » est, comme son nom l’indique, un « modèle » de l’évènement à venir, c’est-à-dire les courses longue distance et moyenne distance. Il a permis à nos Français de rencontrer les autres délégations et de repérer les terrains qu’ils parcourront demain et jeudi.

« Certains le font seul, d’autres en groupe mais l’important, c’est de ne pas aller trop vite. C’est fait pour prendre son temps, repérer le terrain, et l’arrivée aussi. J’ai bien aimé le fait qu’on puisse découvrir l’arrivée avant la course car cela nous permet d’être plus serein et de sprinter une fois l’avant dernière balise poinçonnée. » nous partage Romane Lesquer, une de nos orienteuses en première au lycée d’Honoré-d ’Urfé de Saint-Etienne.

Elle nous informe aussi qu’en fonction du pays et de la façon de cartographier, les couleurs sur la carte et leur équivalent sur le terrain ne sont pas les mêmes. Par exemple, le vert sur une carte estonienne est un vert plus foncé en France. Cette subtilité prouve la différence de végétation qui est plus dense en Estonie qu’en France, et donc plus difficile pour courir et se repérer.

L’après-midi, repos à l’hôtel. Nos sportifs ont répété leur french cancan et valse, entre autres danses en costumes, pour la soirée des nations. Fous rires inclus. Plus tard, les coachs sont rentrés de leur réunion technique et ont débriefé le Model Event avec les orienteurs.

Vers 19 heures, la cérémonie d’ouverture est lancée. Tous habillés avec la tenue officielle de l’équipe de France, maquillé avec du bleu-blanc-rouge sur les joues, et avec le drapeau français sur les épaules, notre délégation débarque dans les gradins. Ils ont eu le droit à de magnifiques danses traditionnelles estoniennes, en l’occurrence le folk, et au défilé de chacun des drapeaux des différents pays. Un orienteur nouveau-zélandais a marché avec le flambeau jusqu’à allumer une vasque, comme s’ils étaient aux Jeux Olympiques. Trois discours ont été prononcés lors de la cérémonie par le responsable local du sport scolaire, le président de la fédération estonienne de CO, et le délégué de la fédération internationale de CO.

Demain, c’est la première course ! Tous les sportifs vont parcourir leur longue distance : 5,5 kilomètres pour les filles et 6,3 pour les garçons. Les forêts estoniennes paraissent difficiles donc le challenge sera au rendez-vous !

Je vous laisse sur une petite anecdote sur l’Estonie. Le saviez-vous ?  Presque 50 % de l’Estonie est recouverte de forêts. (Source : acei-global.blog)Bonne chance à nos Français !

 

Jour 3 : le chrono est lancé !

Courir. La seule envie qu’ont nos sportifs le matin de la course longue distance. Ils sont nerveux mais excités et ne peuvent s’empêcher d’y penser. Petit déjeuner à 8h30 pour être à la compétition à 10h. Dès leur descente du bus, les orienteurs rentrent en quarantaine jusqu’à leur heure de départ. Plusieurs se préparent et se fixent des objectifs, d’autres jouent aux cartes pour passer le temps et se détendre.

Dans la catégorie Men School 1 (MS1), les garçons ont parcouru 6,3 kilomètres et dans la catégorie Women School 1 (WS1), 5,5 kilomètres étaient au programme pour les filles. En tout, nous retrouvons huit catégories ; quatre féminines, quatre masculines, deux en School (scolaire) et deux en Selected (fédérale) pour chacune. Dans la catégorie WS1, 87 filles se sont battues pour la première place en individuel contre 97 garçons pour la gagne dans la catégorie MS1.

A la fin de sa course, Quentin Andrieux nous raconte son expérience du jour : « c’était dur, il y avait beaucoup de vert [sur la carte]. Je suis passé beaucoup de fois par les chemins et il y avait beaucoup de dénivelé aussi. Il y avait de nombreuses marées qui ralentissaient la course mais ça allait. »

Quatre sur dix de nos orienteurs ont été récompensés aujourd’hui. Les six premiers l’étaient. Pour les filles en catégorie Women School 1, Cécile Calandry est arrivée 3ème. Du côté des garçons en catégorie Men School 1, Julien Vuitton termine 2ème, Quentin Andrieux en 3èmeplace, et Maël Héritier 4ème. Sans médaille mais tout aussi méritants, nos six autres orienteurs ont fini 8èmepour Romane Lesquer, 14èmepour Diane Body, 21èmepour Yona Jacquemin, Hélène Champigny en 28èmeplace, Nathan Arondeau en 35ème, et 40èmepour Mathis Reboul. Tous ont fait une belle course, malgré quelques difficultés et erreurs, et restent confiants pour la suite, tout comme nous le sommes en espérant les revoir sur le podium pour la course moyenne distance.

Demain sera la journée culturelle avec la visite d’un musée de sciences et une course d’orientation électronique dans la ville de Tartü. A partir de 16h30, se déroulera la soirée des nations où toutes les délégations présenteront une danse ou une vidéo pour le plaisir des autres et partagerons de la nourriture de leur pays. Un festin et une soirée riche en rencontres s’annonce !

Je vous laisse sur une petite anecdote sur l’Estonie. Le saviez-vous ? L’Estonie compte seulement 1,3 million d’habitants et c’est un des pays les moins peuplés d’Europe. Sa population correspond à un peu plus de la moitié de celle de Paris !

 

Jour 4 : Se cultiver en s’amusant

Entre la course longue distance et la course moyenne distance, une journée culturelle est organisée pour détendre et reposer les sportifs et l’ensemble des délégations. Même s’il pleuvait la plupart du temps et qu’il ne faisait pas très chaud, la bonne humeur était présente tout le long. Le matin, les orienteurs ont visité un musée des Sciences à Tartü. Des fous rires étaient les seuls bruits audibles. Le musée leur proposait des expériences d’eau, de lumières, d’électricité, de sons, de miroirs, ainsi que des jeux avec les forces physiques comme la gravité. Nos Français se sont bien amusés et ont rencontré les délégations anglaises, néo-zélandaises, brésiliennes, belges, russes et bien d’autres, toutes présentes dans ce lieu original.

Le deuxième évènement de la journée était une course d’orientation dans Tartü. Le but était de découvrir la ville tout en restant dans le thème de cette compétition. En équipe formée de membres de sa propre délégation, le jeu était d’aller sur un maximum de points indiqués sur la carte de la tablette tactile et de répondre aux questions une fois situé à l’endroit de la carte. Les questions étaient sur l’histoire de l’Estonie, le pays aujourd’hui, sa langue, ses terrains, tout pour apprendre sur le territoire qui les a accueillis. Chaque bonne réponse rapportait un certain nombre de points et le plus de réponses exactes permettaient d’obtenir le maximum de points. Tout cela devait être fait en 1h40.

L’arrivée de la course se situait au gymnase dans lequel allait se dérouler la soirée des nations. Tous les pays ont amené et partagé de la nourriture traditionnelle de chez eux. Par exemple, les Espagnols ont amené du « jamon serrano » tandis que les Anglais ont apporté du « Ironbru », une boisson énergisante. Ce festin était ensuite accompagné de danses, de chants, de vidéos, et même de petites pièces de théâtre qu’ont présenté chaque délégation devant les 22 autres. Les sportifs se voyaient soudés et s’encourageaient en s’applaudissant fortement les uns les autres et en dansant sur scène ensemble. Un très beau moment.

Malheureusement pour eux, demain s’annonce moins reposant. La course moyenne distance (MD) aura lieu et replongera nos Français en stress mais sans panique, car ils savent qu’ils peuvent y arriver. Les podiums individuels de la LD seront annoncés ainsi que les résultats finaux d’équipe. Nous leur souhaitons très bonne chance et aller les Bleus !

 

Jour 5 : podium pour la MD !

Jeudi 3 mai c’est la deuxième étape de l’aventure pour nos orienteuses et orienteurs français. La course moyenne distance. Nos sportifs sont fatigués de la LD (course longue distance) et de la journée culturelle riche en émotion d’hier. Ils sont tout de même prêts à se donner à fond pour réussir ce dernier challenge. Certains sont partis à 8 heures du matin, d’autres à 10 heures, avec un début de course entre 11 heures et 14 heures. Arrivés sur place, ils rentrent directement en quarantaine, comme pour la LD. Là-bas, les sportifs s’entretiennent comme ils peuvent pour se détendre. Quelques Finlandais se lancent un frisbee, des français jouent aux cartes.

Neige, grêle, pluie, avec quelques rayons de soleils, sont au rendez-vous avec beaucoup de vent qui glace les mains et orteils de tous. Ce sont des conditions difficiles pour courir mais ce n’est pas la première fois que nos Français se retrouvent dans ces situations. Dès la fin de course, les orienteurs prennent leurs doudounes et courent se mettre au chaud pour débriefer leur parcours avec leur coach.

Yona Jacquemin partage avec nous un bout de sa course : « La balise 4, je suis arrivée trop bas mais le reste ça allait. J’ai quand même perdu quatre minutes à tourner en rond sans la trouver. Et la 7, 8, 9 j’arrivais plus à courir aussi, j’étais là « bon aller faut courir, faut courir », mais j’étais trop fatiguée. C’était court mais intense et surtout très technique, encore plus que la LD. »

Les résultats sont bons. Nos trois Français qui étaient montés sur les podiums pour la LD terminent 3èmepour Cécile Calandry (pour la deuxième fois) 5èmepour Julien Vuitton, et 8èmepour Quentin Andrieux. Du côté des autres garçons, Maël Héritier fini en 6èmeplace, Nathan Arondeau en 20ème et Mathis Reboul arrive 38ème. Pour les filles, la place de 13èmeest prise par Diane Body, 19èmeplace pour Hélène Champigny, Romane Lesquer occupe la 21èmeplace, et Yona Jacquemin termine 40ème.

Demain, les jeunes, les chefs de délégation et les coachs vont tous participer à la Friendship Team Race (la course de l’amitié en équipe). C’est une répartition avec trois balises obligatoires auxquelles les trois coéquipiers doivent passer en même temps. Dans la soirée se déroulera la cérémonie de remise des médailles et la cérémonie de clôture, suivies d’une soirée pour danser et s’amuser avec les différentes nations.

Je vous laisse sur une petite anecdote sur l’Estonie. Le saviez-vous ? L’Estonie est la maison de Skype et de Hotmail (Source acei-global.blog). Étonnant pour un si petit pays non ?

 

Jour 6 : 2èmeet 3èmedu monde !

Les courses de la compétition sont désormais terminées et les sportifs vont pouvoir se détendre. Maintenant, place à la cérémonie de clôture et à la fête. Mais avant cela, une dernière course pour le plaisir !

La Friendship Team Event (la course de l’amitié) s’est déroulée ce matin à Otepää. C’est une répartition à laquelle participe les jeunes sportifs, leurs coachs, et les chefs de délégations. Elle réunit trois orienteurs de différents pays en une équipe qui doivent se départager les 51 balises de la carte. Une contrainte : il y a trois postes obligatoires que les trois coéquipiers doivent poinçonnés en même temps.

Même si cette course ne compte pas pour les résultats finaux, les sportifs se sont donnés à fond. En effet, deux de nos Français terminent sur les podiums avec leur équipe. Julien Vuitton et ses partenaires finissent premiers, ayant parcouru le terrain en 25 minutes et 16 secondes tandis que Quentin Andrieux et ses coéquipiers arrivent deuxièmes, exactement une minute après la gagne.

Juste après avoir annoncé les vainqueurs, chaque personne part chercher un t-shirt, une veste, ou un pantalon de CO de son pays pour pouvoir l’échanger avec ceux d’un autre pays. C’est un beau moment de partage et de rencontres pour ces sportifs.

Le déjeuner s’est fait vers l’arrivée des courses, comme pour tous les autres jours. Cela étant, chacun est parti à son hôtel respectif vers 14 heures pour ranger ses affaires et faire ses valises – surtout les Français qui partent ce soir à 00h30. Le dîner est très tôt, à 17 heures 30, car la cérémonie de remise des prix débute à 19 heures.

Elle se déroule dans un des gymnases proches de l’hôtel où restent nos Français et quelques autres délégations. Nos orienteuses françaises sont appelées sur scène pour occuper la 3èmeplace en équipe dans la catégorie Women School 1. Nos garçons terminent 2èmes du monde dans la catégorie Men School 1. Leurs coachs et la France sont très fières d’eux comme ils peuvent l’être d’eux même. Bravo !

Après ces récompenses bien méritées, la cérémonie de clôture a lieu. Des drapeaux de tous les pays défilent en musique pour célébrer la fin de cette compétition. Les sportifs ont aussi eu droit à six chorégraphies de danse de deux groupes de jeunes artistes venant d’une des plus grandes écoles de danse d’Otepää. Cela étant, une dernière soirée s’est déroulée entre les jeunes des différentes nations jusqu’à 23h heures. Pour finir, nos orienteurs sont rentrés à l’hôtel pour finir leurs valises et se préparer pour rentrer en France.

 

Jour 7 : Un départ à contre cœur

Les voyages, les courses et les fêtes étaient au top mais il est temps de revenir en France et se remettre au travail. Quelques-uns de nos sportifs ont le baccalauréat à la fin de l’année, d’autres ont simplement des contrôles la semaine prochaine. C’est aussi pour cela que nos Français rentrent en France le dimanche.

A 00h30, nos Français et leurs amis autrichiens sont dans le bus direction l’aéroport de Tallin pour prendre l’avion qui décollera à 6 heures du matin. Il fait un arrêt à Francfort vers 8 heures où les sportifs autrichiens et français se séparent. Les sportifs stéphanois montent dans un autre avion pour Lyon et atterrissent enfin en France à 10 heures 30 pour arriver à Saint-Etienne vers midi. C’était un long voyage mais toujours dans la bonne humeur grâce à leur belle cohésion d’équipe.

Romane Lesquer revient sur sa semaine : « C’était vraiment trop bien. L’ambiance à la compétition, au stade, entre nous aussi, c’était vraiment super. Même avec les autres nations. Je ne suis pas super contente de mes résultats personnels, mis à part la LD, mais je suis si heureuse pour mon équipe et notre 3èmeplace. C’est une expérience que je retiendrais toute ma vie. »

Véronique Héritier et Jean-Baptiste Bourrin, leurs coachs sont très fières d’eux, comme nous le sommes tous, pour leurs 2èmeet 3èmeplace. Bravo à ces deux belles équipes ! Nous espérons revoir les Français sur les podiums encore une fois pour les prochains ISF de CO dans deux ans.

Je vous laisse sur une petite anecdote sur l’Estonie. Le saviez-vous ? L’Estonie compte le plus grand nombre de cratères météoriques par zone terrestre dans le monde. (Source : acei-global.blog)

 

LIENS :

International school federation

Equipe de France UNSS facebook