Hélène Lefebvre : «J’ai débuté la pratique de l’aviron par le biais de l’UNSS »

Publié par

Présente lors des championnats de France indoor d’aviron en compagnie de Pierre Houin au gymnase Charlety à Paris, Hélène Lefèbvre, championne d’Europe 2018, ne cache pas son plaisir d’avoir été nommée ambassadrice de l’évènement auprès des jeunes.

 

Bonjour Hélène, vous serez présente comme ambassadrice lors des championnats de France d’aviron indoor qui auront lieu le 8 et 9 février. Quel regard portez-vous sur ces deux journées ?

Je suis très heureuse d’avoir été choisie comme ambassadrice pour ces championnats indoor. J’y ai participé chaque année depuis 2009 en tant que compétitrice. C’est un grand moment  de challenge où se côtoient les plus jeunes, les athlètes confirmés et les anciens dans une atmosphère sympathique et, malgré l’engagement de chacun, assez détendu.

L’UNSS et la Fédération d’aviron font cause commune depuis plusieurs années en associant  leurs compétences pour organiser ces championnats de France. Que pensez-vous de ce type d’initiative ?

L’aviron est un sport de plein air très exigeant physiquement et moralement. Cela me semble très intéressant que les jeunes collègiens (nes), qui ont pu aborder la pratique de l’aviron dans le cadre des associations scolaires, puissent se confronter à leurs camarades dans un cadre différent en indoor.  En tant que rameuse, j’espère que des vocations naîtront à cette occasion.

Plus jeune, avez-vous connu les joies de l’UNSS ? 

Oui en effet puisque j’ai débuté la pratique de l’aviron par le biais de l’UNSS.  C’est au collège que j’ai entendu parler pour la première fois de l’aviron grâce à ma professeure de sport, ancienne rameuse de haut niveau. Elle m’a fait découvrir la discipline et j’ai accroché tout de suite. Mes premières compétitions se feront ensuite avec l’UNSS. C’est la raison pour laquelle, je connais plutôt bien cet univers et que je me retrouve beaucoup en ces jeunes compétiteurs.

Vous avez déjà souvent été au contact des collégiens et des lycéens pour venir faire de l’encadrement ou des démonstrations. Qu’est-ce que cela vous apporte à titre personnel ?

Je fais partie des ambassadeurs du sport d’ile de France dont la mission est d’aller à la rencontre des jeunes dans les écoles, de promouvoir le sport et son développement. J’apprécie énormément ces moments d’échanges et de partage.  De plus, l’aviron est une discipline tellement anonyme auprès des jeunes que ça me tient à cœur de faire découvrir mon magnifique sport.

A titre personnel, comment êtes-vous venu à faire de l’aviron ?

Initiée dans le cadre de l’association scolaire de mon collège, je me suis affiliée au club d’aviron de Nogent sur Marne. L’encadrement dont j’ai bénéficié m’a permis de progresser rapidement et ainsi de découvrir et d’apprécier pleinement cette discipline sportive, et a fait naître une passion qui dure encore.

Vous êtes devenue championne d’Europe en deux de couple lors de l’été 2018. Quels sont vos objectifs personnels dans les années à venir ?

Les Jeux Olympiques de Tokyo se rapprochent à grand pas. Notre objectif ultime est d’y décrocher une médaille. En attendant, nous avons des étapes intermédiaires importantes telles que les championnats du Monde et les Europe.

Nous avons vraiment à cœur, cette année, avec ma coéquipière de montrer ce dont on est capable.  L’objectif principal de cette année est de qualifier la coque pour les Jeux Olympiques et de performer aux championnats du Monde.

L’aviron est un sport très exigeant. Si on vous évoque Paris 2024, cela vous semble t-il trop lointain ?

Beaucoup de gens me demandent si je continuerai ma carrière jusqu’à Paris en 2024. C’est difficile de répondre à cette question. A l’heure actuelle,  ce serait un rêve de pouvoir y participer. Maintenant, l’aviron est un sport très exigeant qui demande un investissement physique et mental  important.

Pour l’instant, je suis concentrée et déterminée à réussir les Jeux de Tokyo.  Après ça, seul l’avenir nous dira ce que je ferai. Mais je ne me fixe aucune barrière pour le moment. Je pars du principe que tant que j’aime ce que je fais, je continue.

 

LIENS :

Hélène Lefebvre twitter

Finales nationales d’aviron indoor le 8 février

Page officielle du championnat de France UNSS

MAIF

Fédération française d’aviron