À la une, Actualités - janvier 20, 2020 3:02

Hélène Insel : « Le cross national à Reims, un honneur pour l’académie »

Publié par

 

A l’occasion du cross national MGEN UNSS les 24-25 janvier à Reims, Hélène Insel, rectrice de l’académie, apporte son éclairage sur ce rendez-vous important.

Madame la rectrice, l’académie de Reims accueillera le 24-25 janvier 2020, le cross national MGEN UNSS. Quel regard portez-vous sur cet évènement important du sport scolaire ?

C’est un honneur pour l’Académie de Reims d’avoir été choisie pour organiser le plus grand championnat de France UNSS. C’est une mobilisation importante et je remercie les services départemental et académique ainsi que les 120 enseignants d’EPS jurys et les 60 élèves jeunes organisateurs qui mettent tout en œuvre pour que ce grand rendez-vous soit une réussite pour les 2300 participants qui vont découvrir la ville de Reims et le parcours sportif de l’hippodrome et pour ceux qui vont venir y assister.
Et surtout, je tiens à remercier vivement Madame la Directrice Nationale de l’UNSS pour sa confiance dans la réalisation de cet événement.

En quoi est-ce important pour votre région de se mobiliser autour de ce genre d’évènements ?

Les quatre départements de l’académie organisent chaque année un championnat de France, ce sont des moments privilégiés de cohésion et d’ouverture.

Ils permettent de resserrer les liens entre toutes les composantes de l’éducation nationale, de travailler en collaboration avec des partenaires extérieurs comme les collectivités locales et territoriales qui suivent le développement de la pratique sportive scolaire avec attention. Ils permettent de responsabiliser et de valoriser l’engagement de nos jeunes licenciés UNSS dans des rôles de jeunes organisateurs, d’être fidèle aux objectifs de la mobilisation pour les valeurs de la république, en développant la citoyenneté et la culture de l’engagement et en combattant les inégalités en favorisant la mixité sociale pour renforcer le sentiment d’appartenance dans la république.

On évoque souvent le sport comme indispensable dans le bon développement de la jeunesse. Pourtant, tout indique que les jeunes ne font pas assez d’activités sportives. Comment pensez-vous qu’il soit possible de remédier à ce problème persistant ?

Le sport ne fait pas partie naturellement de notre culture, à la différence des pays anglo-saxons. Nous devons donc donner le goût de la pratique sportive dès le plus jeune âge. Les cours d’EPS dispensés dans les établissements scolaires permettent à tous les élèves de se familiariser à la pratique sportive. Les collégiens et les lycéens peuvent s’ils le souhaitent poursuivre cette pratique en adhérant à l’association sportive de leurs établissements en prenant une licence UNSS.
La demande sportive évolue sans cesse ; les structures doivent s’adapter aux besoins des pratiquants et c’est une force des associations sportives scolaires et des enseignants d’EPS d’être au plus près de ces besoins et d’adapter leurs pratiques.
L’UNSS et les associations sportives ont su s’adapter aux choix des élèves en proposant la mixité dans les équipes, la mise en place d’activités doubles tels que le duathlon-bike and run, l’aquathlon-triathlon les raids nature voire même le multi-sport partagé.
L’organisation des prochains jeux olympiques et paralympiques à Paris doit renforcer la pratique sportive pour en faire un vecteur de bien-être et de santé.
À cet égard, le projet « Génération 2024 » visant à labéliser les établissements mettant en avant la pratique sportive et la création des classes Alice Milliat – Pierre de Coubertin dans chaque académie vont contribuer fortement à ancrer la pratique sportive dans les habitudes des élèves.

Le sport scolaire connaît un développement croissant mais n’a pas la valorisation qu’il mérite. Partagez-vous ce point de vue ?

L’UNSS est la seconde fédération sportive française, la seconde en nombre de licenciées féminines. Et son nombre de licenciés progresse constamment.
Je constate la même tendance sur l’académie de Reims avec 28,42 % d’élèves licenciés dont 42% de filles et presque 40 licenciés par enseignant animateur.
236 championnats d’académie sont organisés dans 44 APSA et plus de 10000 jeunes officiels sont formés. Ces chiffres sont remarquables et pourtant à notre grand regret les médias s’y intéressent peu. Peut-être ne savons-nous pas suffisamment communiquer…

Au sein de l’académie de Reims, quels sont les grands axes de développement autour du sport scolaire ?

Le plan académique du développement de l’UNSS dans l’académie de Reims est inclus dans le projet académique de l’académie de Reims. C’est un projet avec un état d’esprit défini. Il s’articule autour de deux valeurs, le partage et la réussite, qui traversent ce plan constitué de trois axes :

Accessibilité, pour :

  • Permettre à un maximum d’élèves d’accéder à des pratiques sportives et artistiques et à la vie associative.
  • Réduire les inégalités territoriales dans l’accès au sport scolaire.
  • Poursuivre le plan de féminisation à tous les échelons.
  • Favoriser la participation des élèves en situation de handicap
  • Promouvoir une pratique sportive vectrice de santé et de bien-être

Innovation, pour :

  • Proposer des programmes d’activités et des calendriers prenant en compte les attentes des élèves en terme d’offre, de formes de pratiques et de responsabilisation
  • Impulser et valoriser des projets innovants et des expérimentations.

Responsabilisation, afin de :

  • Favoriser l’accès aux responsabilités des élèves, au sein de l’AS, de l’UNSS et de la société civile (Jeunes juges, arbitres, dirigeants, organisateurs, reporters, secouristes…)
  • Favoriser les pratiques éthiques, et lutter contre les discriminations, le dopage et les violences
  • Impliquer les parents dans la vie de l’AS, au sein de la communauté éducative.

 

LIENS

Académie de Reims : http://www.ac-reims.fr/

Interview de Nathalie Costantini

Nathalie Costantini : « Deux mots clés à l’UNSS : rencontre et plaisir »