À la une, Actualités - février 13, 2019 10:47

Convention signée entre l’OESF, l’UNSS et l’ISF

Publié par

En marge de la présentation de l’évènement du mois de mars, La Lycéenne MAIF RUN, la conférence de présentation a été scellée par la signature d’une convention signée entre l’OESF, créée par Estelle Yoka-Mossely, l’UNSS et l’ISF.

Le mois de mars sera féminin. Si le vendredi 8 mars sera la journée internationale de la femme, les projets et initiatives qui fleurissent à l’UNSS veulent dépasser le simple cadre d’une journée. En créant il y a trois ans, La Lycéenne MAIF Run, course exclusivement féminine et solidaire, bien difficile d’imaginer que l’édition 2019 concernera neuf villes françaises et que l’édition parisienne du 13 mars prochain sera aussi l’occasion de réunir 500 jeunes filles venues de plus de 20 pays pour la She Runs – Active Girls’ Lead avec la Fédération Internationale du Sport Scolaire (ISF) et le soutien de la Commission Européenne (Erasmus + Sport).

En tout, plus de 16000 jeunes filles vont vivre, sans le stress de la performance, les joies de La Lycéenne MAIF RUN à travers toute la France (Caen, Besançon, Bordeaux, Lyon, Nice, Ajaccio, Paris, Point à Pitre et Strasbourg). Un moment 100% féminin pour partager du sport mais pas seulement autour de diverses activités. A l’occasion de la conférence de présentation, le beau projet initial a pris de l’ampleur avec la signature d’une convention afin de créer une alliance sous la forme d’une coopération et d’un partenariat entre l’UNSS et l’ISF et l’OESF. La fondation européenne du sport féminin créée par Estelle Yoka-Mossely aura pour but de promouvoir la mixité dans le sport en France et en Europe, de développer l’évènement la lycéenne MAIF Run, She Runs en France et en Europe, de développer des modules de formation pour les jeunes filles de 14 à 18 ans au travers des championnats du monde organisé en France et en Europe et de réfléchir à des actions communes au niveau digital afin de toucher les plus de jeunes filles en France et en Europe.

Les sourires auront accompagné les différentes interventions. Dominique Mahé, président de la MAIF voyait avec joie le développement de ce projet : «nous sommes heureux et fiers d’être partenaires de l’UNSS. Nous restons très attachés à notre passé et notre avenir. La relation entre l’UNSS et la MAIF résume cela ». Estelle Yoka-Mossely, se réjouissait de pouvoir mener de vrais projets avec l’UNSS et l’ISF : «Il faut casser les préjugés des sports dit de filles. Les filles peuvent pratiquer le sport qu’elles veulent. Je suis vraiment ravie d’être l’ambassadrice de la Lycéenne MAIF RUN. Le sport m’a beaucoup apporté et j’ai envie de redonner à toutes ces jeunes filles ». Le développement de ces projets au féminin qui reste une priorité pour Nathalie Costantini, directrice de l’UNSS : «L’égalité H/F est un sujet important au sein de notre fédération. Nous voulons sensibiliser de plus en plus de jeunes à cette thématique via nos différentes actions : AS égalité, vers une génération responsable, Prix Ethic’action… ».
Un grand merci à Isabelle Jégouzo, chef de la représentation de la Commission Européenne en France, à Laurent Petrynka, président de l’ISF (International School Federation) et à toutes les personnes présentes lors de ce lancement de l’édition 2019 de La Lycéenne MAIF RUN. Rendez-vous désormais dès le 6 mars à Caen, Besançon, Bordeaux, Lyon, Nice et Strasbourg puis à Paris et Point à Pitre le 13 mars avant qu’Ajaccio ne ferme la boucle le 10 avril prochain pour vivre une course 100% féminine.

PROGRAMME DE LA JOURNÉE A PARIS LE 13 MARS :

11h Ouverture du village aux européennes

12h Ouverture du village aux françaises

13h Lancement de la 1ère course

16h Remise de prix protocolaire

 

LIENS :

Marie-Ange Daffis : « La Lycéenne sera force de partage d’un grand moment sportif entre filles »

 

Bordeaux remet ça pour la Lycéenne MAIF Run

 

Lyon, une mobilisation totale pour la Lycéenne MAIF Run

 

Besançon impatiente d’accueillir la Lycéenne MAIF Run

 

Agnès Evren : « La Lycéenne, un vrai symbole »

Agnès Evren : «La Lycéenne, un vrai symbole »