À la une - décembre 14, 2016 3:09

Article sur l’ « European Partnership Building Séminar Budapest »

Publié par

Le mois dernier, Thomas Kieffer et moi-même avons eu l’opportunité de participer, à un séminaire se déroulant à Budapest intitulé « European Partnership Building Séminar » dans le cadre d’un projet Erasmus+. Proposition inattendue que nous a soumise l’UNSS nationale, nous n’avons pas hésité à répondre positivement. Voici un petit contre-rendu de cet événement, que nous avons vécu à 100% !

 

Nous étions une vingtaine de personnes venues de l’Europe entière, regroupées dans la capitale hongroise pour une semaine, et chacun de nous représentions un organisme sportif ou une organisation non gouvernementale de notre pays. Ainsi Thomas et moi étions présents au nom de l’UNSS pour ces quelques jours, du fait de nos rôles respectifs de jeune arbitre national en Alsace et jeune reporter dans la région des Pays de la Loire.

 

img_5725Le séminaire consistait à travailler pour le projet « Education Through Sport » (« Education à travers le sport », ou « ETS ») en faveur de la démocratie et du progrès social en Europe. Il s’agit de mettre en avant le rôle du sport dans l’éducation par l’utilisation de méthodes innovantes non conventionnelles. L’objectif principal est de développer une coopération complémentaire et durable parmi les acteurs de différents domaines: le sport, l’éducation, la santé et l’inclusion sociale, pour la formation de pratiques d’éducation à travers le sport et leur diffusion dans tous les Etats membres de l’Union Européenne. Le coeur du projet est la rédaction d’un module de formation dans un manuel intitulé « Move&Learn » dédié aux professeurs d’EPS et coachs sportifs, par la suite publié et traduit en huit langues différentes.

 

Ce fil conducteur nous a très vite attiré et n’a cessé de le faire tout au long de la semaine. L’entrée en matière a consisté à présenter les diverses organisations au sein du groupe. Parmi elles Hope for Children (Hongrie) qui est à l’origine du projet, UNESCO chair, The German sport youth, Swiss federal institute of sports (Suisse), International school sport fédération (Belgique), la Ligue de l’enseignement (France) et bien d’autres… Le point commun de tous ces organismes est bel et bien la pratique du sport, mais avec la volonté de développer des compétences citoyennes chez les élèves.

 

img_5727-1Thomas et moi avons notamment souligné les différentes responsabilités que peuvent endosser les élèves à travers le projet « Vers une génération responsable » de l’UNSS (jeune organisateur, jeune arbitre, jeune reporter, jeune secouriste…), et qui participent à la transmission des valeurs de respect, solidarité, non-discrimination et du « vivre-ensemble ». Ce programme est véritablement formateur et pousse les jeunes à s’engager, découvrir des vocations et devenir des citoyens actifs dans leur association ou fédération.

Il peut également mettre en place, en association avec l’ISF, des exercices sur les différentes compétitions internationales organisées en France afin de prévenir à tout problème lié au racisme et autre incivilité.

 

 

L’échange entre les participants était très présent durant ce séminaire, afin de partager l’expérience de chacun, les idées, les méthodes, et aboutir à des collaborations. Une partie du temps était axé sur des groupes de brainstorming  (SWOT, …), puis des travaux par groupes ont été un moyen de se répartir les différentes opérations qui nous tenaient à coeur, telles que l’élaboration d’une vidéo expliquant les méthodologies d’ETS, ou encore d’un programme d’échanges pour jeunes, la mise en place de partenariats pour des projets futurs, et d’autres missions corollaires au projet. Nous avons aussi jouer un match de foot en appliquant les méthodes ETS. En effet, le principe consistait à ce que les joueurs portent une étiquette sur son front (« enfant
riche », « musulman », « arabe », « juif », « gay », etc) que seul son coach, ses coéquipiers et ses adversaires pouvaient avoir connaissance. Aucune consigne n’était donnée au coach de chaque équipe, qui devait agir selon sa propre envie. Ainsi, un a choisi
d’ignorer les étiquettes et de considérer chaque joueur avec le même statut, tandis que le deuxième prenait sous son aile les « enfants riches » et délaissait les autres participants. Cet exercice avait pour but d’analyser les attitudes de chacun puis de débattre autour des comportements observés.

 

Ambiance studieuse et amicale à l’honneur, qui a été pour nous un moment très enrichissant. J’ai apprécié côtoyé des personnes plus expérimentées, et impliquées depuis plusieurs années dans l’éducation à travers le sport, ce qui m’a rendu d’autant plus curieuse et captivée par la cause qu’elles défendaient. Cette semaine a permis de créer des liens entre citoyens venant du continent entier.
Je tiens à mettre en avant les opportunités dont l’UNSS peut être source, car j’ai en effet pu allier pendant ma scolarité deux activités que j’appréciaient particulièrement, à savoir le sport et l’écriture. Et cet engagement continue, alors que je suis désormais étudiante, de m’apporter des opportunités qui deviennent de plus en plus concrètes sur le plan professionnel.

Thomas garde du séminaire un souvenir tout aussi instructif: « J’ai tout d’abord découvert le programme Erasmus+, les différentes organisations présentes, et le projet Education Through Sport dans sa quasi intégralité. Au début, cela n’a pas été
évident à comprendre, d’autant plus que la majorité des personnes y étaient déjà engagées depuis quelques temps, mais nous y sommes parvenus en calquant ce que l’on nous apprenait sur le projet des Jeunes Officiels. Et j’ai bien sûr découvert des personnes formidables qui travaillent au quotidien afin que chacun se sente bien dans nos sociétés et notre société européenne ».

 

Un grand merci à l’UNSS de nous avoir fait vivre une telle expérience !

Thomas Kieffer et Sacha Pensec , ex jeunes officiels UNSS.